Madagascar : vœux et nouvelles des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus

Sr Marie Joséphine Clémence, Supérieure Provinciale des 88 Sœurs* présentes à Madagascar, a envoyé des nouvelles en cette fin 2020 :

* Ces 88 Sœurs sont réparties en 13 Communautés. Il faut y ajouter 11 novices et 8 postulantes.
D’autre part, 4 autres sœurs malgaches sont dans les communautés de France (dont Sr Marie-Denise à Valence d’Albigeois), 1 est au Canada, 2 sont parties fonder au Burkina Faso et 2 autres se préparent pour le Brésil, après l’épidémie du Covid.

« Chères Sœurs, chers Associés, Amis  et  Bienfaiteurs, malgré les difficultés rencontrées tout au long de 2020, nous sommes encore là, grâce à l’aide du Seigneur Jésus. Nous le remercions vivement.

Je ne vais pas m’étaler sur les différents problèmes liés au coronavirus car ils sont nombreux  mais je vais citer seulement un fait très marquant  dans notre pays : beaucoup de salariés ont perdu leur travail car pas mal de sociétés sont en faillite. Par conséquent la pauvreté s’accentue sur la majorité de la population.

La  sécheresse envahit le sud de l’Île. D’où l’impossibilité de cultiver. Alors la famine attaque la population du Sud. Il n’a pas plu depuis janvier dernier. Aujourd’hui la situation est catastrophique, surtout pour les enfants (8 sont morts de faim ainsi qu’un adolescent de 14 ans !) et les personnes âgées.
L’État, les Églises, les Congrégations religieuses, les gens de bonne volonté font des efforts pour aider ces populations affamées mais le problème est loin d’être résolu.

Au niveau de l’éducation, toutes les écoles ont commencé la nouvelle année scolaire.
Dans le domaine de la santé, les sœurs qui œuvrent dans les dispensaires poursuivent  leur travail avec courage.   

Nous pouvons continuer et développer nos missions grâce à vos aides. Grand merci de votre soutien dans tous les domaines.
Votre amitié et votre aide sont une providence pour nous.
Nous vous gardons toujours dans nos prières et dans notre cœur. Nous vous souhaitons un joyeux Noël !
Que 2021 vous apporte la santé, la joie, la paix et  le bonheur. »

  • Nouvelles envoyées par la communauté d’Ambohitompoina au Sud d’Antsirabé (école de brousse où il n’y a pas de route):

« Nous sommes sept dans la communauté : trois qui assurent l’école, trois au Dispensaire, une s’occupe la promotion féminine et assure le travail auprès de la paroisse. Nous avons une stagiaire et neuf filles qui étudient au lycée Sacré–Cœur.

Toutes les Sœurs s’occupent des mouvements à la paroisse : mouvement eucharistique (FET), Filles de Marie (MDMK), Les handicapés (FKMS), mouvement des jeunes à la paroisse (FTMTK), les enfants (FAKA). Deux sœurs enseignent la catéchèse tout le dimanche matin.

Entendre les cris des élèves -surtout les filles- qui louent la maison en ville nous fait pitié; beaucoup sont en difficulté à cause de la violence et des vols (de riz, des ustensiles de cuisine…).
Nous en avons parlé en communauté et nous décidons d’accueillir douze élèves dans les pièces au-dessus de la cantine scolaire.

À l’école : au début de l’année scolaire 2019-2020, l’effectif des élèves était de 1045 et en février, il a diminué à cause de diverses situations. Les personnels sont au nombre de 35.

La maladie du Coronavirus s’est propagée dans le monde et entraîne des problèmes dans tous les domaines. Dans notre école c’est le problème de paiement.

Grâce aux Bienfaiteurs, le jour de la fête du Sacré–Cœur, nous avons inauguré trois salles de classe pour les maternelles. La fête se déroulait au moment de la pandémie, donc nous avons préparé une simple fête commencée par une belle messe suivie de la bénédiction du nouveau bâtiment.

Concernant les réussites aux examens officiels, le CEPE est de 95,82°/°, le BEPC 58,13°/° et le BAC 42,12°/° ; grâce aux efforts des élèves et leurs enseignants, nous avons obtenu ces résultats. Cette année scolaire 2020-2021, le nombre des élèves est 1031 et pour la terminale ceux qui ont échoué à l’examen ne sont pas encore arrivés. Face à la mondialisation, l’éducation est un peu difficile, nous comptons sur vos prières.

Au début de l’année, nous sommes trois qui travaillent au Dispensaire. Le coronavirus marque beaucoup notre mission. Depuis que le COVID 19 est entré à Madagascar en mars, tout le monde est bouleversé et contrarié, les malades n’osent pas venir au Centre sauf ceux et celles qui sont gravement malades, car ils ont peur d’attraper le Coronavirus ; même pour les enfants mal nourris qui ont besoin de contrôle de pesage, les parents ne viennent pas.

Nous aussi, nous avons peur en suivant les nouvelles à la télévision, surtout en voyant l’évolution de cette maladie en Europe, beaucoup de décès. Heureusement, nous avons de la chance d’avoir le matériel nécessaire pour nous protéger: gants, vêtements de protection, masques, gel hydro alcoolique … Le Diocèse d’Antsirabe aussi nous a fourni du matériel pour lutter ou se protéger contre ce virus.

Cette fameuse maladie entraîne beaucoup de conséquences, tous les programmes ont été annulés : les formations sanitaires deux fois par ans à Antsirabe, les programmes des associations « Amis d’Antsirabe » qui s’occupent des handicapés, les programmes des Équipes d’ophtalmo une fois par mois au Dispensaire, l’opération des enfants qui ont le bec de lièvre -ils sont nombreux qui attendent l’opération- …

 À la cantine, pendant le confinement, nous n’avons pas eu d’élèves, mais ils reviennent au commencement de la nouvelle année scolaire. Ils sont 69 enfants. Nous utilisons tous les moyens pour qu’ils puissent prendre une nourriture saine et complète.

Pour la promotion féminine, après la coupure du confinement, les dames et les filles reprennent les cours mais sans examen. En général, les filles dont on voulait faire évoluer la vie, surtout celles de brousse, ne viennent pas au centre mais celles qui habitent en ville qui connaissent déjà beaucoup de choses, veulent venir pour en apprendre d’autres.

La finition de la construction de l’église avance : le dallage et l’enduit sont finis ainsi que la volige au-dessus de l’autel. Les Chrétiens sont très actifs depuis le début de la construction: transport d’eau, de sable, maillons, gravillons, bois… Ils sont généreux en participant financièrement et physiquement ; cela manifeste leur foi. 

Enfin, nous  sommes très reconnaissantes à vous  tous qui nous soutenez sans cesse dans nos missions. Que  le Seigneur vous accompagne durant l’année nouvelle. Soyez sûrs de nos prières.

Sr Agnès, Sr Georgette, Sr Philinance, Sr Caroline, Sr Berthe Rozifeno, Sr Blandine, Sr Bénédicte »

 

  • Du Tarn, l’Association « Enfants – Tana – Maza »** continue d’envoyer des fonds (4 000 €/an) pour aider les enfants pauvres des rues dont s’occupent les sœurs à Tananarive, l’école de brousse d’Ambohitompoina et le dispensaire, ainsi que les sœurs étudiantes.

Cette année les concerts habituels ont été annulés… en espérant qu’ils reprendront en 2021 !
La vente de vin de Gaillac s’est bien déroulée, et les donateurs toujours sur le pied de guerre.
Le Président, Erick Régy, Sr Marie Jo et toute l’équipe de l’Association remercient « du fond du cœur pour la générosité »  et souhaitent à tous à la suite de ce Noël, une Bonne et Heureuse Année 2021 !

**L’Association (45 rue Alfred de Musset, 81200 Aussillon), après un don, remet toujours un reçu fiscal.