Homélie – Lundi 3 août 2020 à Lourdes

Lundi 3 août 2020 à Lourdes

 

1ère lecture : Isaïe 55, 1-3
Psaume 130
Évangile selon saint Jean 12, 24-26

 

Frères et sœurs,

Par la bouche du Prophète Isaïe, le Seigneur nous invite ce matin à l’écouter : « écoutez, et vous vivrez. Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle. » Déjà le Dieu d’Israël a contracté avec son peuple une alliance éternelle, le comblant de bienfaits de manière absolument gratuite. Malgré des trahisons et des abandons, le Seigneur accueillera toujours le méchant ou le perfide qui désire revenir à Lui. Il est ce Dieu « riche en pardon » qui fait miséricorde. Ce qui caractérise principalement le Dieu créateur qui s’est fait connaître à Israël est justement l’amour miséricordieux. Un amour sans mesure, un amour qui dépasse l’entendement des humains que nous sommes. Nous ne parvenons pas à imaginer l’immensité de cet amour. « Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées au-dessus de vos pensées. »

N’acceptant pas son statut de créature, trop souvent l’homme ne peut concevoir d’être ainsi aimé de manière si bienveillante et désintéressée. Pas davantage l’homme parvient à faire confiance à celui qui lui offre son amour. En donnant sa vie sur la croix, Jésus propose une alliance nouvelle et éternelle, à tous ceux qui placeront en lui leur confiance. La nouveauté de l’alliance consiste dans l’offrande d’une victime qui est Dieu lui-même, le Fils de Dieu. Pour faire connaître son amour infini, le Seigneur lui-même partage tout de notre condition humaine y compris cette mort atroce de la croix. Il ne reste pas extérieur à l’alliance, il la réalise en se livrant au supplice de la croix.

Vous l’avez entendu : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul : mais s’il meurt il porte beaucoup de fruits. » Le grain de blé n’est-il pas d’abord Jésus lui-même ne retenant pas sa condition divine et prenant la condition d’esclave pour nous rejoindre et nous sauver ?  Tout disciple de Jésus est appelé à suivre le maître, à le préférer à sa propre vie, en vue d’être éternellement avec lui. « Là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert mon Père l’honorera. » Ce n’est pas seulement l’Espérance en la vie éternelle qui est le fruit de la nouvelle alliance. Jésus promet déjà à ceux qui renoncent à leur bien, le centuple sur cette terre.

Frères et sœur, demandons les uns pour les autres par l’intercession de l’Immaculée d’être renouvelés dans notre confiance en Dieu, au point d’accepter jour après jour de mourir à nous-mêmes pour vivre de Dieu et comme Dieu, dans une communion aimante avec chacune des personnes de la Trinité et avec tous nos semblables. Ainsi, nous mènerons le combat spirituel dans une recherche constante de la volonté du Seigneur. Dans le carnet de notes intimes de sainte-Bernadette on peut lire : « Voir la sainte volonté de Dieu en tout ce qui m’arrivera, le remercier de tout, pensant que c’est pour mon plus grand bien qu’il le permet… /… faire dominer la confiance en tout. » Entretenir de telles dispositions fera de chacun de nous un ami de Dieu, émerveillé par les dons de la Providence et recevant avec humilité toutes ces largesses, et désormais alors plus capable de le faire connaitre et aimer. Au terme de ce « pèlerinage autrement », ensemble, remercions le Seigneur pour cent années de grâces pour tant de tarnais d’année en année. Que notre espérance en ce Dieu qui ne veut que notre bien en soit renforcée et notre charité dynamisée ! Que de nombreuses bénédictions soient accordées à nos frères et sœurs malades restés chez eux, mais en étroite communion de prière avec les pèlerins de chaque jour. Que tous les tarnais venus au pied de la grotte de Massabielle au cours de ce pèlerinage soient des témoins joyeux de la compassion divine que Marie est venue exprimée ici à Lourdes en demandant la prière pour les pécheurs et en favorisant la réception d’innombrables grâces de conversion et de guérison en ce sanctuaire béni.

Amen.

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi