Homélie de la messe des Rameaux

Frères et sœurs,

Avant d’écouter le récit de la Passion du Seigneur, livrant sa vie dans une totale obéissance à la volonté du Père, volonté qu’il fait sienne pour nous sauver du péché et de la mort, je voudrais vous inviter à contempler l’innocent confronté au scandale du mal. En ce moment si insolite et douloureux de l’histoire de l’humanité que nous traversons avec la pandémie du Covid19, entendre ce que le Sauveur a vécu, lui qui est passé parmi nous en ne faisant que le bien, prend un relief tout particulier.

Confinés dans des conditions parfois extrêmement pénibles, ou luttant contre la maladie dans l’angoisse du lendemain, personne, aucun être raisonnable ne peut éviter de se poser la question du sens de cet évènement diffus dans le monde entier. Face à nos limites, face à la mort, face à une solidarité qui peut aller jusqu’à l’héroïsme, comment ne pas découvrir dans l’acte de la Rédemption accomplie par le Christ dans sa Pâque, une source infinie d’espérance. Car, si au soir du vendredi Saint tout semble terminé, la pierre du sépulcre paraît scellée à tout jamais, pourtant nous savons déjà que les portes de l’enfer ne pourront retenir le maître de la Vie. Il entraînera toute l’humanité dans sa gloire de Ressuscité pour l’éternité.

Frères et sœurs, je vous invite à écouter avec attention, avec ferveur, le chemin suivi par Jésus qui nous montre comment vivre dans l’abandon et la confiance le moment présent. A l’issue de la proclamation de la Passion du Seigneur, laissons l’Esprit Saint nous montrer le chemin de conversion que chacun et chacune d’entre nous avons à emprunter pour vivre mieux, pour vivre en enfant de Dieu, en enfant d’un Père qui ne désire qu’une chose : que son dessein bienveillant s’accomplisse pleinement en notre faveur, pour notre joie et pour sa gloire.

Amen

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi