Panorama économique du diocèse (chiffres 2019)

Photo portrait de Françoise Estibals-Carrière

Françoise Estibals-Carrière, vous êtes l’économe du diocèse d’Albi. Pouvez-vous présenter un bilan de la vie économique diocésaine pour l’année 2019 ?

Il est difficile de condenser en quelques mots ou quelques chiffres l’ensemble des moyens humains, matériels et immobiliers que nous mettons en œuvre pour faire vivre l’Église et annoncer l’Évangile aujourd’hui dans le Tarn ! Nous tenons à faire preuve de transparence. Les quelques données chiffrées présentées ici permettront, je l’espère, de comprendre différents aspects de la générosité des fidèles et de l’usage qui en est fait.

 

Comment se portent les finances du diocèse d’Albi ?

Les ressources du diocèse sont fragiles comme en témoignent la baisse des ressources dédiées au fonctionnement (Denier, quêtes ordinaires et casuel). Aujourd’hui, ce sont principalement les legs, ressources par nature très aléatoires, qui nous permettent de maintenir un équilibre financier et d’investir sur le moyen et le long terme, en particulier pour entretenir et faire évoluer les bâtiments d’Église qui appartiennent au diocèse. Il est toujours nécessaire de trouver des ressources financières supplémentaires pour soutenir les actions missionnaires et de solidarité.

Nos ressources totales sont passées de 5,27 M€ en 2018 à 5,96 M€ en 2019, la diminution des ressources de l’activité cultuelle (Denier, quêtes ordinaires et casuel) étant largement compensée par la progression des legs et donations. Les autres ressources proviennent de la vente d’actifs immobiliers et de placements d’actifs financiers.

Les dépenses sont passées de 6,2 M€ en 2018 à 6,3 M€ en 2019 ; le principal poste reste les salaires, traitements et charges sociales pour le clergé et les laïcs salariés. Les charges de fonctionnement restent relativement stables, en augmentation de 1,6 %.

Quelles mesures de gestion avez-vous prises en 2019 ?

Pour conserver notre capacité à soutenir des projets pastoraux, nous devons poursuivre tous les efforts entrepris pour une bonne gestion des paroisses et de toutes les entités du diocèse. Cela se traduit par une constante optimisation des coûts de fonctionnement et par le développement de ressources complémentaires.

Après la création des vingt-et-unes paroisses de notre diocèse à la Pentecôte 2018, nous avons déployé de gros efforts afin d’harmoniser le travail administratif des paroisses et de consolider les comptes au niveau diocésain. Il a également été nécessaire de regrouper tous les salariés au sein d’une même structure juridique : l’Association Diocésaine d’Albi. Nous comptons désormais 100 salariés, correspondant à 48 équivalents temps plein. La mise en place du prélèvement à la source a également demandé des ajustements, en particulier afin de rassurer les donateurs et de leur délivrer les reçus fiscaux.

Quel est le rôle du Denier dans les ressources du diocèse ?

Le Denier est la principale ressource du diocèse : il sert à rémunérer les prêtres et les laïcs salariés (secrétaires, responsables d’aumôneries…), ainsi qu’à assurer la formation des séminaristes. Depuis plusieurs années, la collecte du Denier ne suffit plus pour assurer ces charges et nous sommes contraints d’utiliser d’autres ressources pour faire vivre les prêtres et les laïcs.

Tout baptisé catholique, quelle que soit sa pratique, est invité à contribuer à la vie de l’Église, par exemple à hauteur du produit d’un ou deux jours de travail. Cependant, le nombre de nos donateurs a baissé de 6 % en 2019 (15 879 donateurs) et le diocèse comptait seulement 125 donateurs de moins de 40 ans ! Il y a un vrai enjeu à faire connaître cette contribution essentielle à l’avenir de notre Église diocésaine.

Si le nombre de donateurs diminue, il est important de souligner que le don moyen augmente. Nous sommes émerveillés de cette confiance, de cette fidélité et de cette générosité ! Au nom de tous ceux qui vivent grâce à leurs dons, je tiens vraiment à remercier tous les donateurs.

– 14,96 %

À la fin août 2020, la collecte du Denier présente un retard de 14,96% par rapport à l’année passée à la même date :

1 183 382 € contre 1 391 553 € en 2019.

Avant la fin de l’année, il reste 671 622 € à collecter pour maintenir le montant 2019 des dons au Denier.