Nuit des Veilleurs 2019 : « Mais délivre-nous du mal ! »

À l’occasion de la Journée internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture, établie le 26 juin, des veillées de prière sont organisées dans le monde entier par l’ACAT – Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture-.

Pour cette Nuit des Veilleurs 2019, des catholiques et des protestants se sont réunis à Albi en l’église Saint-Salvy , à Castres dans le temple de l’Église protestante unie de France et à Saint-Jean-del-Fresh.

Le thème de ces célébrations était : « Mais délivre-nous du mal » (Mt 6, 13)

 À Castres, la pasteure a commenté l’extrait de la Genèse (4, 1-16) où Caïn tue son frère Abel. Elle a souligné l’ambiguïté de la violence et l’engrenage qu’elle entraîne.

En conséquence, la délivrance du mal est, en nous aussi, un combat quotidien à mener. « Délivre-nous du mal »: cette demande à Dieu insistante est ouverture car avec Lui, il n’y a plus de fatalité, tout est toujours possible.

Durant la prière, ont été évoquées des personnes qui sont ou ont été battues, torturées, emprisonnées pour leur engagement en faveur des droits de l’homme, pour leur condition d’opposant politique, pour avoir protégé les plus pauvres, ou pour avoir été un jour suspectées par les autorités.

Parmi elles, Huang Qi : journaliste et défenseur des droits humains chinois, il est détenu depuis plus de deux ans dans le Sud de la Chine ; son procès s’est tenu en secret le 14 janvier, sans verdict annoncé pour le moment. Déogratias Mushayidi : emprisonné depuis 9 ans, il est  victime de l’oubli ; opposant politique, il a toujours milité de manière non-violente pour la paix et la démocratie au Rwanda.

Amal Fathy: défenseure égyptienne des droits humains, elle subit un harcèlement judiciaire de la part des autorités égyptiennes ; elle a été arrêtée en 2018 pour avoir publié sur Internet une vidéo dans laquelle elle reprochait aux autorités de ne pas lutter contre le harcèlement sexuel.

À ces victimes de la torture, qu’elles se trouvent au Burundi, au Vietnam, aux USA, au Maroc …, qu’elles soient avocat, universitaire…, il est possible d’envoyer des messages de soutien personnalisés. https://nuitdesveilleurs.fr/fr/victimes/

Des cas récents de libération ont été cités : deux Mauritaniens, une Vietnamienne, Roberto en Amérique centrale.

Les Tarnais rassemblés ces 26 et 28 juin ont réaffirmé cette nécessité absolue de s’opposer sans condition à la  torture. « La foi chrétienne ne peut en aucun cas composer avec la torture, explique Bernadette Forhan, présidente de l’ACAT.

En cette Nuit des Veilleurs, nous proposons de substituer la prière, la méditation et la communion avec les victimes de la torture à  l’instrumentalisation de l’autre, qu’est la torture ».

« Dans nos obscurités, Seigneur, apprends-nous à nous méfier de l’engrenage de la violence,

et allume le feu de l’Amour qui ne s’éteint jamais ! »