Pourquoi se former ?

Depuis ces trente dernières années, jamais l’Église n’a autant proposé de formations pour les laïcs et jamais autant de laïcs n’ont autant des cycles de formation !

La raison principale de cet attrait pour les formations tient à l’implication croissante des laïcs dans la mission de l’Église. C’est un mouvement qui ne vient pas seulement de la raréfaction des prêtres. Il s’inscrit plus largement dans un courant spirituel et apostolique apparu au début du XXe siècle et qui a été consacré par le concile Vatican II, lequel a remis à l’honneur la vocation universelle à la sainteté et revalorisé conséquemment la vocation du laïcat.

Tout baptisé peut et doit apporter sa pierre à l’évangélisation de la société et à la vie même de l’Église.

formation

Travailler dans et pour l’Église ne réclame pas que les qualités et l’expérience requises dans le monde entrepreneurial ou associatif. Travailler en Église suppose en plus de tout cela la foi, la croissance de sa relation avec le Christ, une compréhension globale de la personne humaine dans le projet de Dieu et de la mission de salut réalisée par le Christ et l’amour de l’Église. Accompagner et servir en Église des personnes et des communautés suppose de s’efforcer de les considérer avec l’Évangile dans le cœur et de discerner en elles le travail de l’Esprit.

C’est pourquoi ces formations cherchent d’abord à nourrir et à éclairer, de façon simple et progressive, l’intelligence de la foi et l’agir chrétien au contact de la Parole de Dieu et de la Tradition de l’Église. Servir au mieux l’homme à la suite du Christ et en communion avec l’Église : telle est la visée de toute formation ecclésiale !

Il est une autre raison qui conduit à la proposition de formations pour les laïcs : c’est le souhait de nombre de nos contemporains d’avoir des éléments de réponses aux questions que pose le sens à donner à la vie et aux problématiques complexes du monde d’aujourd’hui (les questions sociétales notamment).

Il est également utile que tout baptisé, même s’il n’exerce pas de tâches particulières dans l’Église, approfondisse sa foi. Répondre aux appels de l’Église à une évangélisation renouvelée de notre société suppose en effet que tout baptisé soit en capacité de rendre compte, avec son cœur et son intelligence, de l’Espérance qui l’anime.

Père Paul de Cassagnac,
Vicaire épiscopal chargé de la Formation permanente