Vendredi Saint

Le Vendredi Saint (14 avril 2017), la liturgie de l’Église offre de suivre Jésus-Christ au Calvaire, de méditer le mystère de sa passion et de sa mort, d’adorer la Croix sur laquelle l’œuvre du salut est accomplie.

Les chrétiens sont appelés au jeûne (qui consiste à se priver de nourriture suivant l’âge et les forces du fidèle), démarche de pénitence et de conversion, expression de l’attente du Christ. L’office du Vendredi saint, appelé « célébration de la Passion du Seigneur », est centré sur la proclamation du récit de la Passion. Il est proposé aux fidèles un Chemin de croix qui suit les étapes de la Passion du Christ.

crucifix-lavaur

La lecture du récit de la Passion selon saint Jean, nous invite à contempler Jésus qui s’avance librement vers sa mort et accepte une totale remise de lui-même entre les mains du Père. De manière simultanée le Sauveur accepte d’être livré aux mains des pécheurs, pour lesquels il offre sa vie en sacrifice.

Jésus est le juste souffrant, innocent et abandonné, qui dans l’épreuve place sa confiance en Dieu, en son Père et notre Père. Ainsi, il nous montre comment emprunter le chemin qui conduit à la vie, en passant par l’épreuve dans la confiance.

Sur la croix, son trône, le roi des juifs meurt pour son peuple. Il ira jusque dans les enfers chercher et libérer l’humanité, afin de lui rendre la capacité de vivre avec Dieu selon le désir initial et éternel du Créateur pour l’humanité dès la création.

Réfugions-nous dans le cœur transpercé du Christ. De ce cœur transpercé, nous dit l’Apôtre, coulent de l’eau et du sang. Cette eau, en ruisselant sur le rocher du Calvaire, est la seule capable de transformer nos cœurs de pierre figurés par le rocher du Calvaire, en cœurs de chair, capables de battre au rythme du cœur de Dieu. Cette eau est l’annonce prophétique du don de l’Esprit. Du sang coula aussi de ce cœur transpercé. Le sang, c’est la vie : c’est le signe même de la vie du Christ. Ce sang est une prophétie de la vie divine qui nous est donnée à travers toute la vie sacramentelle, depuis le baptême jusqu’au sommet par excellence qu’est l’eucharistie, où nous sommes abreuvés de ce sang vivifiant.

Qu’en cette Pâque, et tout particulièrement en ce Vendredi Saint, nos cœurs soient véritablement transformés par les mystères que nous célébrons, de même que le cœur, l’intelligence et l’être de tous nos frères humains. C’est pour cela que le Sauveur a pris la condition humaine et c’est pour cela encore qu’il a donné sa vie sur la Croix.

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi

Croix, sublime amour de Dieu
Croix, gloire du ciel
Croix, des hommes éternel salut
Croix, terreur des ennemis
Force des justes et lumière des fidèles

Ô Croix par qui sur terre
Dieu dans la chair fut esclave du salut.
En Dieu, tu as donné à l’homme
de régner au ciel.
Par toi a luit la véritable lumière
Et la nuit impie s’est enfuie.

Saint Paulin de Nole

Le Vendredi Saint commence également la neuvaine à la Divine miséricorde que le Christ a donnée à sainte Faustine.