Ordination

Prêtre aujourd’hui

À l’appel du Christ et de son Église des hommes continuent de répondre de manière positive, afin d’être avec lui et d’être envoyés pour être serviteurs du dessein d’amour de Dieu, en formant et conduisant le peuple des fidèles du Christ. Il s’agit bien de montrer à tout homme de bonne volonté « le chemin du ciel », comme saint Jean-Marie Vianney le dit au jeune berger qui lui indique le chemin d’Ars.

Pour dire les choses autrement, le prêtre a pour vocation de conduire au bonheur en tenant la place de Jésus Christ dans l’assemblée des fidèles. À travers son ministère c’est le Seigneur qui baptise, qui pardonne, qui se donne, qui enseigne.

Cette vocation est sublime comme le curé d’Ars le constatait : « Un bon pasteur, un pasteur selon le cœur de Dieu, c’est là le plus grand trésor que le bon Dieu puisse accorder à une paroisse, et un des plus précieux dons de la miséricorde divine ». Être prêtre est une manière particulière, pour des hommes, de vivre leur vie chrétienne, au service de la mission de l’Église. Appelés par Dieu à ce “ministère”, ils sont collaborateurs de l’évêque, ils reçoivent la mission de « sanctifier le peuple chrétien et d’offrir à Dieu le sacrifice eucharistique ».

Ils s’engagent à vivre le célibat. Vécu dans la chasteté, le célibat est un signe prophétique. Le prêtre qui agit à la place de Jésus doit en effet être en tout semblable au Christ, époux de l’Eglise, c’est-à-dire de l’humanité rachetée. Chaque prêtre est appelé à être totalement donné à la communauté qu’il sert. Puisqu’ils communiquent aux chrétiens la vie divine, les prêtres ont une vraie fécondité : c’est pour cela que nous les appelons « Père ».

Devenir prêtre diocésain nécessite plusieurs années d’études dans un séminaire. C’est un lieu de discernement, de formation humaine, intellectuelle, spirituelle et de découverte de la mission. Après un temps de discernement préalable, en lien avec le service diocésain des vocations, un homme peut entrer au séminaire sur présentation de son diocèse.