Bonne année 2019 ! Paix à notre « maison commune » !

‘‘Paix à cette maison !’’ (Lc 10, 5).

La ‘‘maison’’ dont parle Jésus, nous écrit le Pape François dans son message pour la célébration de 52ème Journée mondiale de la Paix en ce 1er janvier 2019, c’est chaque famille, chaque communauté, chaque pays, chaque continent, dans sa particularité et dans son histoire ; c’est avant tout chaque personne, sans distinctions ni discriminations.

C’est aussi notre ‘‘maison commune’’ : la planète où Dieu nous a mis pour y vivre et dont nous sommes appelés à prendre soin avec sollicitude.

C’est donc également mon vœu au début de l’année nouvelle : ‘‘Paix à cette maison !’’

Dîner "sans frontières" des prêtres...
... et religieuses en octobre 2018

A la lecture de son message, plaidoyer pour une politique au service de la paix, nous nous sentons encouragés à répondre à l’appel adressé le 11 décembre par nos évêques aux catholiques de France et à nos concitoyens :

« À l’heure où nous écrivons, notre pays n’est pas encore sorti de la crise dite « des gilets jaunes » : crise révélatrice d’un malaise très profond et très ancien, qui engendre une grave défiance envers les responsables politiques.

Notre proposition : entreprendre une réflexion qui pourra se poursuivre tout le temps nécessaire, en lien avec tout ce qui se déroulera sur le territoire. C’est maintenant que nos concitoyens ont besoin de débattre entre eux et de disposer de lieux pour le faire. C’est pourquoi nous vous proposons, dans les semaines à venir, de [….] »

Albi, chapelle St-Martin [Archives Mue81, juin 2014]

Des jeunes, catholiques, orthodoxes et protestants, rassemblés à Madrid depuis le 28 décembre autour de la communauté de Taizé, repartent ce 1er janvier dans leurs pays pour relever « le défi de l’hospitalité », notamment en se faisant proches de ceux qui sont tenus à l’écart, rejetés ou exclus, des petits et des pauvres.

De Graulhet, Marielle se prépare à participer du 22 au 27 janvier aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Panama. Le thème en est la réponse de la Vierge Marie à l’appel de Dieu: « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole » (Lc 1,38).

Pour s’y préparer, le Pape François commentait :

« Les mots de Marie sont un « oui » courageux et généreux, la réponse de quelqu’un qui a compris le secret de la vocation : sortir de soi et se mettre au service des autres. Notre vie n’a de sens que dans le service de Dieu et du prochain. Beaucoup de jeunes, croyants ou non croyants, au terme d’une période d’études, manifestent le désir d’aider les autres, de faire quelque chose pour ceux qui souffrent. Telle est la force des jeunes, votre force à tous, qui peut changer le monde ; voilà la révolution qui peut vaincre les grandes puissances de ce monde : la « révolution » du service. »

En ce 1er janvier, fête de Marie, mère de Dieu, la prière pour la Paix retentira, à Sorèze par exemple à 10h30 en l’église Notre-Dame de la Paix

Pour les horaires des autres célébrations dans notre diocèse, consulter les feuillets paroissiaux, accessibles en cliquant sur la carte.

« La paix est […] un défi qui demande à être accueilli jour après jour. La paix est une conversion du cœur et de l’âme ; et il est facile de reconnaître trois dimensions indissociables de cette paix intérieure et communautaire :

– la paix avec soi-même, en refusant l’intransigeance, la colère et l’impatience et, comme le conseillait saint François de Sales, en exerçant ‘‘un peu de douceur avec soi-même’’, afin d’offrir ‘‘un peu de douceur aux autres’’ ;

– la paix avec l’autre : le proche, l’ami, l’étranger, le pauvre, le souffrant… ; en osant la rencontre et en écoutant le message qu’elle porte avec elle ;

– la paix avec la création, en redécouvrant la grandeur du don de Dieu et la part de responsabilité qui revient à chacun d’entre nous, en tant qu’habitant du monde, citoyen et acteur de l’avenir. »

Ressourçons-nous dans l’esprit du Magnificat que Marie, Mère du Christ Sauveur et Reine de la Paix, chante au nom de tous les hommes :

« Sa miséricorde s’étend d’en âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles […] ;
il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais » (Lc 1, 50-55). »

[Photos: P. L. Dossou et Service Mission 81]