Je donne à l'Église
Agenda
Paroisses
Accueil Contacts

Avec nos « envoyés » tarnais, voyage vers Tamatave (24 nov.-8 déc.)

Jackie et Jean-Pierre sont partis de Gaillac pour rejoindre Madagascar, en vue de représenter les Tarnais -avec Christian du Carmausin qui va les rejoindre- au cours du pèlerinage des fidèles du diocèse de Tamatave à Andovoranto

Ils nous envoient des nouvelles au jour le jour :

  •  24-26 novembre : arrivée à Tananarive

 

 

« Après un départ de Roissy plusieurs fois différé et une attente dans l’avion interminable avec 35 degrés (c’était en fait la clim qui ne voulait pas démarrer), nous avons bien atterri à Tana où le sourire de deux sœurs de Valence d’Albi nous attendait.

25h de voyage, 10.000 km parcourus et même plus de 3 km à pied dans les couloirs d’aéroports, mais bon lit et très courte nuit. »

Vendredi 25 novembre :

« Aujourd’hui on est assez vaseux. Accueil très, très chaleureux et fraternel des sœurs dans leur maison provinciale qui jouxte la nouvelle maison pour les sœurs âgées ou malades au milieu d’un village très pauvre et … des rizières au milieu.

 

 

Tout va bien. Ici il fait bon et pas trop chaud.

Voici quelques clichés, avec sœur Barthélémy, de leur agréable jardin très fleuri.

 

 

Vendredi 25 après-midi : 

visite de l’école des enfants de la rue, tenue par des pères Spiritains à Tana.
Dans un quartier déshérité, des éducateurs font des maraudes toutes les nuits pour inviter des enfants dans leur centre où ils sont d’abord accueillis pendant le temps nécessaire puis invités à intégrer leur école à la fois scolaire, professionnelle et religieuse de 8 à 15 ans environ, garçons ou filles.

Puis visite du noviciat de nos sœurs.

 

Leur petite chapelle est trop petite et on a pu visiter le chantier de la nouvelle qui a toutes les dimensions d’une église

 

A plus !
Demain samedi, lever à 6h pour assister à la messe chez les Spiritains qui sont les plus proches voisins des sœurs. »

 

 Samedi 26 en matinée :
visite du palais de la reine Ranavalo. 

 

 

Instant d’émotion : le 1er octobre 1895 l’un de mes ancêtres a hissé le drapeau français sur ce palais. 

Puis visite de la cathédrale

Réflexion : Nous venons de traverser une bonne partie de Tana.
Quelle ville ! Des embouteillages monstres !
Des gens partout, surtout des jeunes, des enfants, des bébés, par milliers !
Une cacophonie incroyable, le tout dans une misère effroyable !
Et ils sont tous beaux, calmes, propres !
Ce qui me frappe le plus et me pose question après cette nouvelle matinée en ville, c’est que nous sommes dans un pays pauvre, très pauvre et nous venons d’un pays soit-disant civilisé.

Or dans les rues de Tana, sans feux rouges, sans aucun panneau de signalisation, sans bandes blanches, avec une circulation monstre de piétons, de vélos, de voitures, de camions, les trottoirs envahis de marchands ambulants, tout ça en très grand nombre, on ne constate ni accrochages, ni disputes, ni invectives, seulement quelques coups très brefs de klaxon pour indiquer l’intention des chauffeurs qui roulent vite mais sans précipitation.

Il règne une grande indiscipline mais très polissée, très disciplinée. 

 

 

Chapeau ! Ces gens n’ont nul besoin de règlements contraignants pour se conduire en gentlemen ! 

 

Demain matin dimanche, nous irons avec Christian à la messe chez le père Pedro…

 

    • 27 – 30 novembre : de Tananarive à Tamatave

-> Dimanche 27 novembre 

Messe à Akamasoa chez le Père Pedro (qui est en France pour quelques jours encore. S’il revient avant notre retour nous essaierons de le rencontrer.) 

 

Quelle expérience formidable !
Ici la foi est vivante et ça se voit. Il y avait à cette messe plus de 5000 personnes toutes générations confondues avec énormément de bébés, d’enfants, d’ados … 

Alléluia ! Merci Seigneur ! 

 

-> Mardi 29 novembre : Tamatave ! 

Départ à 4h du matin pour Tamatave où nous arrivons à 12h30 après un voyage éprouvant : route tortueuse, très encombrée de gros poids lourds et très souvent défoncée. 

Heureusement, après avoir posé nos bagages à l’archevêché, nous visitons avec le père Didona l’École Nicolas Barré : 3000 élèves, 103 enseignants et 5 religieuses adorables aux commandes.

 

 

Tous ces élèves dans la cour tous joyeux de recevoir des représentants de notre si lointain diocèse. 

 

 

Quel accueil et quelle émotion !

 

 

Après cette ovation, nous avons visité l’établissement et longtemps discuté avec les religieuses d’actions futures à mener conjointement. 

Nous avons été accompagnés par Éléonore, une jeune fille de 25 ans coopérante pour la radio pour 6 mois, et 2 journalistes malgaches qui vont suivre nos rencontres. 

Après un délicieux goûter nous sommes allés discuter avec le comité de jumelage réduit au père Didona et Noëlla.

 

Noëlla, le P. Didona….

 

Et, pour clôturer la journée, nous avons eu la surprise de manger -et ainsi faire sa connaissance- avec le cardinal, qui est un homme très simple. 

 

-> Mercredi 30 novembre 

Nous venons de rencontrer le père Thomas qui nous a proposé de rencontrer de nouvelles associations ou groupes de fidèles en plus des « traditionnelles » pour élargir un peu plus le jumelage. Nous avons accepté bien sûr avec enthousiasme. 

Nous partons visiter l’apostolat de la mer.

 

Accueil à l’aumônerie de la mer

 

Chapelle de l’aumônerie

 

Les visites continuent avec les équipes du rosaire du diocèse.
Une soixantaine de personnes ont assisté à la réunion.

 


 

Le partage est fructueux et le lien par le jumelage entre équipes du Tarn et de Tamatave est important : à Tamatave, ces équipes enracinées dans une foi profonde et bien organisées font preuve de beaucoup de dynamisme missionnaire ; comme chez nous, ce sont surtout des femmes.

Remerciant la Vierge Marie, elles prient en chantant dans la cathédrale de Tamatave. 

 

 

 

Prière commune car Mgr Henri de Solages en donnant sa vie il y a 190 ans, nous a rassemblés 

Le soir nous assistons à la messe au grand séminaire dite par Monseigneur Désiré, et suivie du repas. 

Et voilà de l’inédit !  Une vidéo qui résume tout à fait ces merveilleux moments avec le cardinal à la manœuvre au nouveau grand séminaire.

 

  • Jeudi 1er décembre

 

Des lieux, tous très importants dans leurs missions respectives, sont visités.
Par exemple :

 

Joie de tous, petits et grands, en accueillant la délégation tarnaise

Vidéo

  • Le Foyer Victoire Rasoamanarivo qui est un « Centre de Réinsertion socio-économique » pour les filles-mères, érigé pour aider et soutenir des jeunes filles en difficulté par rapport à leur famille d’origine ou par rapport à la communauté locale de base ; il promeut des formations pour les aider à se défaire d’une dépendance socio-économique permanente.

 

 

Et la Maternité.

 

  • L’église St-François d’Assise d’Antandava en cours de construction

 

 

  •  Dans le Grand Séminaire Interdiocésain « Saint François de Sales » inauguré il y a un mois, la messe est concélébrée.

 

 

Vauréens et Castrais repèrent-ils le P. Eliser ?       Vidéo

 

 

Les déplacements pédestres ne manquent pas.
Et les pauses-litchis sont bienvenues !

Le dîner chez Noëlla dans une ambiance conviviale est très apprécié.
Elle commente :
« Nos amis albigeois commencent à être séduits par l’hospitalité malgache et à apprécier le terroir de la côte Est ! »

 

  Au premier plan, le P. Jean-Aimé, vicaire général, et le P. Didona.
A côté du Cardinal, le P. Thomas, économe diocésain

 

  • 2 décembre et matinée du 3

-> Vendredi 2 décembre : 

 

Tout va bien pour nous 3 : un peu fatigués par la succession des rencontres, les déplacements sur les routes et pistes défoncées… mais nous sommes très, très heureux d’être ici ! 

 

 

Ce matin, émission à la radio qui sera diffusée cet après-midi sur la radio du diocèse d’Albi.
Ensuite nous avons fait une émission de télévision qui passe aujourd’hui sur la province de Tamatave et à Brickaville.

 

 

Passage au Petit Séminaire

 

Cet après-midi, encore une demi- journée bien chargée avec le MEJ puis les Scouts et Guides. 
Tous ces jeunes sont avides d’échanges et d’aides multiples.
Ils sont bien conscients que le covid et maintenant la crise économique ont distendu les petits liens qu’ils avaient commencé à tisser.
Tous ces jeunes nous ont paru très dynamiques et motivés. 

 

 

Et demain Andovoranto pour le pèlerinage ! Jackie en bateau avec Noëlla et son équipe, et nous les hommes par la piste.
A plus ! 

 

-> Samedi 3 :

En matinée, promenade dans Tamatave, grand port de l’Océan indien

 

Nous sommes sur le départ vers Andovoranto ! 

Deux taxis brousse (Aie ! Aie ! Aie ! la piste) pour plusieurs coopérants.

 

 

Jackie va faire le voyage en bateau sur le canal, invitée par le groupe du Rosaire.

 

 

« Et dernière en date de l’humour du Cardinal qui nous prend avec Christian : hier à la fin du repas, il nous a annoncé avec le plus grand sérieux que notre départ prévu à 13h30 était retardé à 13h32 ! » (Jean-Pierre)

En communion avec les Tarnais qui se préparent à vivre demain la Fête du Jumelage à Gaillac !

  • Retour sur la Fête tarnaise du Jumelage dimanche 4 décembre et sur le Pèlerinage malgache à Andovoranto les 3 et 4 décembre 

Cliquer pour lire l’article…

 

  • 6 – 8 décembre …  

-> 6 décembre

Jean-Pierre :
« Nous sommes revenus à Tana hier lundi chez les sœurs.
Un orage violent les a privées de wifi depuis 4 ou 5 jours ; la panne peut durer.

Aujourd’hui Jackie a sympathisé avec le petit garçon du jardinier.

 

 

Admirez ce bel ananas : il pèse 4 kilos bon poids !

Tout va toujours bien. Retour pour vendredi. »

 

–> Et dernière journée dans le cadre apaisant de la maison des Filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus