Les Sœurs missionnaires de l’Évangile à Foulpointe

Foulpointe est une petite commune dans le nord du diocèse de Tamatave. En 2010, y sont arrivées les Sœurs de la congrégation du Bon Sauveur.
Elles y tiennent un Centre pour malades dénommé Centre Père Jamet (CPJ) .
Ce centre accueille des malades de troubles mentaux venant de différentes régions de Madagascar.
Maintenant les sœurs sont connues sous l’appellation de Sœurs missionnaires de l’Évangile.

 

 

Un peu d’histoire : Les Sœurs du Bon Sauveur de Caen sont une Congrégation de droit diocésain fondée en 1730 par Anne Le Roy (1692-1781), ancienne novice du Bon-Sauveur de Saint-Lô. Elle s’occupait de l’enseignement et des soins des malades à domicile.
L’institut est approuvé le 28 juillet 1735 par Mgr de Luynes et restauré après la Révolution en 1805 par Pierre-François Jamet qui ajoute les soins psychiatriques et l’enseignement des sourds.
En 1961 la congrégation du Bon Sauveur de Saint-Lô fusionne avec elle.

Récemment, la congrégation  a fusionné avec trois autres congrégations :

  • La Charité Sainte Marie à Angers dont l’origine se situe au XVIIe siècle,
  • Saint-Charles d’Angers fondée le 24 juin 1714
  • et La Sainte Famille de Grillaud à Nantes, fondée le 11 mai 1856.

Résultat de cette fusion des quatre congrégations : le 4 septembre 2014, la congrégation religieuse féminine de droit pontifical des Sœurs missionnaires de l’Évangile qui se reconnaît dans les œuvres de charité et l’apport dans l’éducation, dans la ligne initiée par Saint François de Sales.

La congrégation est présente dans 9 pays : Espagne, France (dont Albi), Irlande, Italie, Pays de Galles, Centrafrique, Guinée Conakry, Madagascar et Sénégal.

À Madagascar, ces religieuses sont actuellement 69 réparties dans 11 communautés. Auprès de ceux vers lesquels elles sont envoyées, en particulier les plus fragiles et les plus menacés, elles ont pour mission d’éveiller et de faire vivre la foi dans la joie.

 À Foulpointe, les sœurs ont créé un centre de promotion féminine pour les œuvres sociales et l’apprentissage du travail manuel.
Actuellement ce centre n’accueille que 23 jeunes filles et jeunes mères au foyer, car c’est le nombre maximum que la salle de classe peut accueillir, alors que beaucoup d’autres voudraient l’intégrer.

 

 

 

Le 31 janvier 2021, les Sœurs missionnaires de l’Évangile ont ouvert un collège dénommé « Collège Saint François de Sales« . 

 

 

La messe d’action de grâce à l’église et la cérémonie d’inauguration du collège ont été présidées par le Cardinal Mgr Désiré Tsarahazana, en présence de différents responsables de l’Église locale et de l’enseignement ainsi que des dirigeants des administrations communale et régionale.

Le collège a ouvert pour les classes de 6ème et 5ème.  Pour les autres classes, ce sera fait progressivement chaque année.

 

 

Tout cela montre combien la présence de cette communauté est indispensable : elle est témoin de la foi et elle promeut des valeurs, au cœur de cette commune touristique où beaucoup reste à faire au niveau social, humanitaire et spirituel.

P. Eliser

 

Approfondir votre lecture