Tamatave et l’Apostolat de la Mer

Tamatave (Jumelée avec le diocèse d’Albi), ville portuaire essentielle pour Madagascar et tout l’Océan indien, est l’un des ports (plus de 300 dans le monde) où l’Apostolat de la Mer est présent.

 Cet Apostolat, placé sous le patronage de Notre-Dame « Stella Maris, étoile de la mer », a été fondé en 1920 à Glasgow par plusieurs laïcs; il fête son siècle d’existence.

Cette organisation chrétienne offre une assistance matérielle et spirituelle aux marins et aux pêcheurs. Sa devise, selon les termes de Peter Anson, l’un de ses fondateurs, était de « révéler le Christ à ceux qui descendent en mer sur des navires, et font négoce parmi les grandes eaux, dans le but de les conduire à une plus grande connaissance du Christ et de son Église ».

Temps fort annuel, le Dimanche de la Mer est célébré habituellement le deuxième dimanche de juillet, pour que l’on se souvienne et prie de façon spéciale pour les gens de mer qui travaillent loin de leur pays, de leurs familles et de leur Église locale. En raison de la situation difficile provoquée par la diffusion globale du COVID-19, certaines Stella Maris nationales ont reporté cette célébration à une date ultérieure.

 

L’Apostolat de la mer à Tamatave accueille tous les marins et leurs familles et gère Le Foyer des Marins. Il est considéré comme une paroisse à part entière.

Le Pape François accompagne fortement cette Pastorale :

« En ce mois d’août 2020, prions pour les personnes qui travaillent et vivent du monde de la mer, parmi elles les marins, les pêcheurs et leur famille »
(Intention de prière universelle confiée au Réseau mondial de prière).

Et le 17 juin, il a adressé un message vidéo au personnel maritime et aux familles :

 » Chers frères et sœurs, notre monde vit des temps difficiles, car nous devons affronter les souffrances provoquées par le coronavirus.
Votre travail en tant que personnel maritime et pêcheurs est ainsi devenu encore plus important, parce qu’il fournit de la nourriture et d’autres biens de première nécessité à toute notre famille humaine.
Nous vous en sommes reconnaissants.

Mais aussi parce que nous connaissons les risques que comporte votre travail. Au cours de ces derniers mois, vos vies et votre travail ont subi des changements importants; vous avez dû faire, et vous continuez à faire, de nombreux sacrifices.
De longues périodes passées à bord de navires sans pouvoir descendre à terre, la séparation de vos familles, de vos amis et de vos pays d’origine, la peur d’être contaminés…
Toutes ces choses représentent un fardeau lourd à porter, en ce moment plus que jamais.

Les femmes regroupées en Association, sont accompagnées pour produire leur propre artisanat et améliorer ainsi le maigre salaire des pêcheurs traditionnels.

 Je voudrais vous dire quelque chose à tous. Sachez que vous n’êtes pas seuls et que l’on ne vous oublie pas. Votre travail en mer vous sépare souvent des autres, mais vous êtes proches de moi dans mes pensées et mes prières, ainsi que dans celles de vos aumôniers et des bénévoles de Stella Maris.
L’Évangile lui-même nous rappelle cela, lorsqu’il nous parle de Jésus et de ses premiers disciples, qui étaient des pêcheurs.

A Tamatave l’aumônier célèbre une messe hebdomadaire, des baptêmes, confirmations, mariages… L’éducation chrétienne des enfants est assurée.

Aujourd’hui, je voudrais vous offrir un message et une prière d’espérance, de réconfort et de consolation face à toutes les difficultés que vous devez endurer.

Je voudrais également offrir une parole d’encouragement à tous ceux qui travaillent avec vous pour apporter un soin pastoral au personnel maritime.

Puisse le Seigneur bénir chacun de vous, ainsi que votre travail et vos familles, et puisse la Vierge Marie, Étoile de la Mer, vous protéger toujours.

Je vous donne, moi aussi, ma bénédiction et je vous porte dans mes prières. Et je vous demande, s’il vous plaît, de ne pas oublier de prier pour moi. Merci. « 

 

Chaque 21 novembre est aussi célébrée la Journée Mondiale de la Pêche. Dans le diocèse de Tamatave, il est fait mémoire des défunts péris en mer durant cette période.

L’Apostolat de la Mer peut aussi être amené à intervenir au sein des instances maritimes, pour préserver les intérêts majeurs des pêcheurs.