L’Archidiocèse de Tamatave fête ses 10 ans !

Lavage des mains obligatoire avant d’entrer dans la grande salle (Copyright: Diocèse de Toamasina)

« En dépit des mesures sanitaires pour faire face à la pandémie du Covid-19, l’Archidiocèse de Toamasina [= Tamatave] a pu fêter le Xème anniversaire de sa création le dimanche 10 mai. »

 

Le  30 mai 2010 en effet, ce nouvel archidiocèse avait été créé officiellement. Tamatave (diocèse érigé le 14 septembre 1955), en devenant archidiocèse, forme la région ecclésiastique de l’Est avec ses trois diocèses suffragants : Ambatondrazaka, Moramanga et Fenoarivo Atsinanana (Dans ce diocèse de Fénérive-Est, se trouve l’Île Sainte-Marie où le P. Pierre Dalmond a célébré les premiers baptêmes catholiques). Mgr Désiré Tsaharazana qui avait été nommé évêque du diocèse de Tamatave en novembre 2008, en est donc devenu en 2010 le premier archevêque.

Ce 10 mai 2020,  « la célébration a débuté par une messe présidée par le Cardinal Désiré Tsarahazana, en l’absence des trois autres évêques, à cause du confinement, dans la grande salle de l’archevêché Saint Joseph de Toamasina, en présence d’une quinzaine de prêtres et d’une cinquantaine de fidèles laïcs, entre autres le Gouverneur de la Région Atsinanana, les présidents des Paroisses de la ville de Toamasina et de quelques autres personnes. Après la messe a eu lieu un cocktail. Tout cela se déroulait dans une ambiance familiale et fraternelle malgré les quelques mesures obligatoires comme le port d’un masque, la distanciation d’un mètre, le lavage des mains… » (P. Tantely, site du diocèse de Tamatave)

Photo : Messe du Xème anniversaire (Copyright: Diocèse de Toamasina)

****

Nouvelles récentes reçues de Madagascar en ce temps de pandémie

Début avril à Tananarive, Sr Josée, Fille de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus, constatait :

« Le coronavirus détruit beaucoup de choses, perturbe plusieurs programmes et bouleverse notre quotidien. En plus, il sème la peur. Espérons qu’il soit maîtrisé le plus vite possible dans le monde entier. Merci pour l’union dans la prière.»

Elle indiquait le 27 avril :

« À Madagascar, les élèves en classe d’examen (terminale et troisième) ont repris le chemin de l’école depuis le mercredi 22 avril. Les petits en classe de 7è ont repris leurs études ce matin. Le confinement continue mais vu la situation de la majorité des malgaches, les gens sont autorisés de sortir pour travailler en respectant les gestes barrières.

C’est obligatoire le port des masques à partir d’aujourd’hui. En résumé, nous rentrons petit à petit au déconfinement. Nous prions afin que le monde entier trouve vite les moyens pour combattre le covid-19. »

« Les gens sont fatigués, l’économie a dégringolé, confirmait le 30 avril le P. Joseph Didona, curé à Tamatave.

Les prescriptions ne sont pas respectées, la vie est déjà revenue comme avant, le matin et l’après-midi c’est encore un jeu de cache-cache avec les policiers. La plupart des gens sont bien conscients que la vie ne va pas être facile à partir de maintenant. Le ravitaillement des vivres est bloqué par le fait que personne ne peut circuler…

Les églises restent fermées surtout à Tana  et Tamatave, mais dans les autres diocèses, chaque évêque prend la décision de continuer à fermer ou à essayer de rouvrir petit à petit. »

Sr Josée, en souhaitant à ses consœurs tarnaises le 21 mai une bonne fête de l’Ascension, poursuivait :

« Que cette fête fortifie notre foi en Jésus Christ. La pandémie continue à se propager à Madagascar, surtout à Tamatave. C’est la foi qui nous aide à vivre face aux différents problèmes rencontrés suite à cette pandémie. Union de prière ! »