Action des collégiens de la Paroisse St-Joseph pour la nouvelle école de Tamatave

Les enfants du catéchisme de la Paroisse Saint-Joseph organisent chaque année une action de Carême.

Ils ont souhaité cette année la vivre en lien avec d’autres enfants. Comme leur Paroisse prie chaque mois en communion avec le diocèse de Tamatave, l’idée d’établir un lien avec des enfants malgaches a fait son chemin.

La petite délégation partie à Tamatave fin novembre a été consultée et a suggéré l’Institution « Nicolas Barré » qui venait d’ouvrir.

Pour sa première année d’existence, cet établissement compte 732 élèves de la maternelle au lycée.

A la prochaine rentrée, il s’apprête à accueillir plus de 1000 élèves. ***

Dans la Paroisse Saint-Joseph, enfants et catéchistes se sont donc mis au travail : la vie à Madagascar a été évoquée, des panneaux montrant des classes visitées en compagnie de Sœur Meltine, la directrice, ont été préparés.
Puis, pour confectionner de nombreux produits faits maison, parents, grands-parents et autres paroissiens ont aussi mis la main à la pâte.
Les ventes furent ensuite organisées à la sortie de messes dominicales : à Anglès le 17 mars; à Lafontasse, Brassac et Lacrouzette le dimanche des Rameaux et enfin, à Saint-Salvy-de-la-Balme le dimanche de Pâques !

Quiches, pizzas, pâtisseries, confitures !! Les enfants ont tenu leur stand avec engagement et joie. Et les acheteurs ont été nombreux.

« Bravo et merci aux jeunes et moins jeunes qui ont participé à cette opération !
déclare le P. Laurent Pistre qui va envoyer la somme récoltée à l’archevêché de Tamatave à l’intention de Sœur Meltine.

 

En action à Anglès pour annoncer la vente !
Engagés à l'extérieur comme à l'intérieur !

———————————————

*** L’Institution Nicolas Barré a été créée par la Congrégation des Sœurs de l’Enfant Jésus – Providence de Rouen. Elle porte le nom de leur fondateur (1621-1686) qui a été béatifié en 1999 par le pape Jean-Paul II.

Nicolas Barré était Religieux Minime. En 1662, à Rouen, touché par la pauvreté et l’ignorance dans lesquelles sont laissés les enfants et les jeunes des faubourgs, il réunit quelques  jeunes filles pour l’instruction des petites filles. En 1666, il leur propose de vivre en communauté, sans vœux, sans clôture et de s’engager à instruire à la manière des apôtres dans un total désintéressement.

 Persuadées qu’aujourd’hui comme hier, « le défaut de l’éducation est la source de tous les maux », la visée profonde des Sœurs de l’Enfant Jésus – Providence de Rouen est l’éducation selon l’esprit évangélique du Bienheureux Nicolas Barré.

La  Congrégation (implantée aussi en Angleterre et Centrafrique) est arrivée à Madagascar en 1963 à Tuléar où se trouve désormais la Maison Provinciale. Elle s’est établie à Tamatave en octobre 2016.

Sœur Meltine et trois autres sœurs habitent actuellement au dernier étage de l’Institution Nicolas Barré, en attente d’un logement distinct.

Les trois Tarnais  qui ont fait connaissance avec elles fin novembre, ont salué les élèves de plusieurs classes de divers niveaux; ils ont été très admiratifs devant le sérieux des élèves (une cinquantaine par classe) et l’engagement des enseignants. Ces enfants qui parlent uniquement le malgache dans leur famille, commençaient déjà, après seulement 5 semaines de classe, à échanger en français (qui est officiellement l’autre langue nationale) et ils chantaient et priaient dans notre langue avec ardeur !

En filles spirituelles de Nicolas Barré, ces sœurs vivent avec passion son charisme: elles s’efforcent de faire naître et grandir Jésus dans leur cœur et dans celui des autres, en particulier des jeunes, des enfants, des pauvres et des petits.

 

Sr Meltine aux côtés de l'enseignante, présente les Tarnais aux élèves et réciproquement.