Octobre 2018 : « JMJ nationales » de Madagascar et message vidéo du Pape en français

Les JMJ nationales ont rassemblé  30 000 jeunes de la Grande Île à Mahajanga, du 8 au 14 octobre 2018 sur le thème: « Ne crains point Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu ». Video JMJ

 Le Pape François leur a adressé un  message au dernier jour de leur rassemblement en s’exprimant exceptionnellement en français :

« La grâce de Dieu est un trésor que l’on peut facilement oublier. Car le Seigneur ne s’impose jamais ! Il nous dit toujours: ‘Si tu veux, si tu veux…’. Prenez le temps d’écouter son invitation et d’y répondre de tout votre cœur et avec votre générosité! »

« Allez annoncer à tous que Jésus nous aime et qu’avec Lui toute peur disparaît ! Réalisez vos rêves et travaillez ensemble pour construire votre avenir et celui de votre Pays en recherchant  toujours le bien les uns des autres. Je vous envoie comme messagers de paix et d’espérance dans vos villes, dans vos villages, là où vous vivez et travaillez. »

 

*************

Peu auparavant, le  9 octobre, au cours d’une conférence de presse du synode au Vatican, le cardinal Désiré Tsarahazana, archevêque de Tamatave, avait souligné combien la vie à Madagascar est dure. Si tous les chrétiens de Madagascar étaient cohérents avec leur foi, « le pays ne serait pas dans son état actuel. Il faut que les adultes soient cohérents, authentiques, pour aider les jeunes à prendre en main leur vie ».

« Tout le monde est appelé à la conversion. Les pasteurs doivent être cohérents dans leur vie, d’abord la conversion pour nous les pasteurs, les prédicateurs ! La conversion, la conversion, sinon, ce sont des paroles en l’air… Seul le témoignage attire.

Les jeunes sont tentés par le découragement à cause de la corruption qui gangrène le pays : on achète un diplôme, un poste, les jeunes se disent: à quoi bon des efforts?  Beaucoup sont attirés par les sectes qui annoncent un avenir meilleur. Il faut  s’intéresser à leur vie, ne pas avoir peur de parler ouvertement avec eux, les aimer, même si on ne trouve pas de solution, afin qu’ils regagnent la confiance dans l’Église et se reconnaissent aimés et estimés. »

 

————————————————————————————–

[Sources et photos: Vatican.va / Zenit /Site diocésain Tamatave]