En ukrainien, chants et partage pour célébrer Pâques !

Dimanche 28 avril 2019, c’était Pâques avec la communauté d’origine ukrainienne en l’église de Saint-Benoît de Carmaux.

Un prêtre de l’éparchie catholique Saint-Vladimir-le-Grand à Paris y a célébré la messe.

Dans l’assemblée, robes et tuniques brodées, couronnes de fleurs ornant les chevelures des fillettes, sourires, hommes discrets et recueillis…

Les paroissiens tarnais de souche ne saisissaient pas les paroles de la liturgie, sauf quelques phrases en français qu’intercalait le célébrant.

La cérémonie cependant n’a pas paru longue car les chants -comme en psalmodie- accompagnaient le célébrant presque en continu. Le recueillement était palpable.

Pour qui participait pour la 1ère fois à une messe célébrée en rite byzantin, il était marquant de voir le prêtre officier dos à l’assemblée, comme tourné avec l’assemblée vers Dieu qui est à glorifier infiniment.

On remarque tout de suite combien le signe de croix est un geste à la fois précieux et familier : il accompagne chaque étape et est renouvelé souvent par 3 fois.

La communion est donnée sous le signe du pain consacré trempé dans le calice. Dès le début de la messe, l’encensement nous dépayse car l’encensoir est ‘chantant’, tout paré de grelots !

Et la messe de Pâques qui accueille au pied de l’autel nombre de paniers fleuris et décorés se conclut par leur bénédiction : bel envoi pour poursuivre avec le partage du repas proposé à tous dans la salle des fêtes !

Les paniers recouverts de broderies ...
... sont découverts au moment de la bénédiction

Bonnes Pâques à tous ! Christ est ressuscité !

 

 

Photos: Jean-Louis V. et Service Mission 81