Le diocèse de Valparaiso, actif en solidarité en ce temps de pandémie

Valparaiso est le grand port historique du Chili, longtemps le premier point d’arrivée des navires ayant franchi le cap Horn.
L’ouverture du canal de Panama en 1914 porta un sérieux coup à l’activité maritime. Le centre de la ville est classé au patrimoine mondial de l’humanité. L’agglomération urbaine est composée de multiples quartiers populaires disséminés dans les collines surplombant l’océan et compte plus de 300 000 habitants.


Le diocèse passe le million et demi de personnes.
La pauvreté y est grande et plus encore en ces temps d’épidémie. Monseigneur Pedro Ossandon, administrateur apostolique de ce diocèse très peuplé, nous décrit l’action de solidarité née depuis l’apparition du Covid-19 :

« Les paroisses du diocèse de Valparaiso répondent aux effets sociaux de l’épidémie de coronavirus.

Le développement de la crise sanitaire dans le diocèse de Valparaiso a amené les différentes communautés à réaffirmer encore plus leur travail d’évangélisation, spécialement à travers l’apostolat de la solidarité pour aider à combattre concrètement le chômage et la vulnérabilité de la population la plus pauvre de la région.

Selon le calcul réalisé par l’évêché, 5500 déjeuners et collations sont distribuées chaque semaine aux personnes affectées par la crise sociale provoquée par le covid 19, aux personnes sans domicile fixe, aux personnes âgées, entre autres. Également ce sont plus de 2400 paniers d’aliments et de produits hygiéniques qui sont distribués chaque mois de façon personnalisée aux familles de personnes âgées et de migrants qui s’inscrivent auprès des communautés chrétiennes. Ces chiffres risquent d’augmenter dans les prochaines semaines.

Toutes ces initiatives sont possibles grâce aux paroissiens eux-mêmes qui génèrent une activité en réseau avec d’autres organismes. Plusieurs communautés appuient des initiatives sociales propres à chaque lieu en lien avec les comités de voisins, les clubs sportifs et autres organisations présentes sur leur territoire.

 Mgr Pedro Ossandon souligne l’importance du travail social qui se réalise en permanence dans les 69 paroisses du diocèse grâce à la collaboration de nombreuses personnes.

L’engagement social de l’Église catholique dans le diocèse de Valparaiso a toujours été un pilier fondamental de la pastorale locale et paroissiale.

La pastorale sociale Caritas a développé un chemin de coopération avec les différentes institutions civiles et gouvernementales pour le suivi de la population la plus vulnérable.

Les réseaux sociaux ont eu un rôle primordial non seulement pour la célébration de l’eucharistie mais aussi pour motiver les fidèles à appuyer les campagnes de solidarité. Selon les données recueillies fin mai dans la province de Quillota, ce sont 500 familles qui sont aidées chaque mois et 200 repas par semaine servis. Dans la province de Marga-Marga, 400 familles sont aidées chaque mois et 1000 repas servis chaque semaine. Dans la province-même de Valparaiso, 1700 familles sont aidées chaque mois et 4000 repas ou collations sont distribués chaque semaine dans les paroisses, les collèges ou les cantines populaires paroissiales.

Tout cela est rendu possible grâce au travail des volontaires des communautés chrétiennes. Plusieurs initiatives ont vu le jour, depuis les dons en ligne, la cuisine quotidienne des déjeuners, la collecte des marchandises dans divers lieux.

Miriam, chargée de la cantine paroissiale 421 de la paroisse de la cathédrale de Valparaiso, nous dit ainsi : « Cette cantine est bénie, il nous arrive des dons de la part de gens qui ont beaucoup comme de gens qui possèdent très peu. Tout est le bienvenu, des légumes, des produits d’hygiène, tout sert. Nous arrivons à servir 200 portions par jour du lundi au dimanche, toute l’aide est la bienvenue. »

 

 

En mars Caritas a distribué 75 paquets d’alimentation et d’hygiène à des familles de migrants dans les paroisses de Valparaiso, Viña del mar, Villa Alemana et Limache.

Caritas va aussi organiser une formation sur les migrants et la culture de la rencontre. Un numéro vert a aussi été créé pour un accompagnement spirituel sur le thème « A Valparaiso personne ne se sauve seul ».

Enfin des initiatives ont aussi vu le jour pour aider 26 familles des collines Rocuant, Ramaditas et San Roque, en matériaux de construction, de toiture, d’isolation et de canalisation pour reconstruire des maisons détruites par des incendies. Une coopérative d’achat est en voie de création pour acheter des aliments de manière associative et obtenir de meilleurs prix. »

Traduction et photos du P. Jean-Marc Vigroux