Le P. Francisco nous quitte pour le sud du Brésil !

« Dans les tous prochains jours, le Père Francisco va rejoindre le Brésil pour y vivre une nouvelle mission au service d’une paroisse et des fraternités séculières dans ce grand pays.
Qu’il soit ici assuré de notre prière pour cette nouvelle étape ! »

Ce dernier au-revoir au P. Francisco Binda Liborio sur le feuillet de la Paroisse Sainte Madeleine et les Saints Apôtres en cette Épiphanie 2019 annonce aussi une nouvelle étape pour la Paroisse et pour le sanctuaire de la Drèche.

Le P. Francisco, du Tiers-Ordre régulier de Saint François d’Assise, en France depuis 2003, et après huit ans en responsabilité à Notre-Dame de la Drèche, repart en mission dans son pays !

Il a en effet été nommé responsable de la Paroisse Santa Maria qui se trouve au Sud, dans l’État de Santa Caterina.

Il sera aussi assistant spirituel national des fraternités séculières franciscaines du Brésil.

Lors d’un pèlerinage annuel de l’Albigeois vers Notre Dame de la Drèche à Pentecôte 2016

Le P. Francisco interviewé récemment sur les ondes de RCF Pays Tarnais, déclarait qu’il considère désormais la France comme son second pays :

 « Durant ces quinze années, je peux dire que j’ai beaucoup grandi ! Je rends grâce à Dieu d’avoir eu l’opportunité de vivre dans une culture totalement différente de la mienne.
Cela a été une expérience ineffable, pas facile mais tellement riche…

Ces années  m’ont donné l’occasion de rencontrer l’autre, de le rencontrer vraiment tel qu’il est. Car, quand on vient d’ailleurs, pour pouvoir accueillir la culture de l’autre, il est nécessaire de se vider de ses préjugés, et même des savoirs qu’on a acquis.
Ce mouvement est très difficile à opérer, c’est un défi !
Mais ensuite on est aussi réellement en capacité de donner et de partager. Il s’agit de chercher l’équilibre. J’ai essayé, tantôt avec succès, tantôt sans réussir ; mais cet exercice m’a enrichi.

Je donne un exemple vécu dès l’arrivée : venant d’Amérique du Sud, on se sent démuni, même au niveau de la langue ; donc on ne sait pas comment s’expliquer chez le médecin ; ou bien quand on est invité, certains codes de politesse nous sont inconnus.

Pour apprendre, on doit faire de la place intérieurement, mettre de côté nos cadres de pensée et de jugement.

 Il ne faut pas se demander « pourquoi », il s’agit seulement d’apprendre. J’apprends et je donne du mien, voilà le mouvement à vivre : pas facile, mais pas impossible.

Et si on peut ensuite enrichir l’autre de sa propre culture, c’est très bien. »

Accueil et partage avec des migrants
Fête des Peuples (2014)

Le P. Francisco parle avec émotion de sa charge de responsable du sanctuaire de La Drèche :

« C’est la première fois que j’ai été responsable d’un sanctuaire. Combien de visages, combien d’intentions de prière !

 Je me suis trouvé devant toutes les situations possibles et imaginables, car dans un sanctuaire, les rencontres se vivent partout : sur le parking, en traversant l’église.

 J’ai dû apprendre à accueillir sous le regard de Marie. Parfois, j’ai été performant, parfois non ! J’ai vécu des expériences très fortes.

Mon ministère de prêtre je l’ai appris ici en quelque sorte. Car un sanctuaire est dans sa vocation quand le religieux ou le prêtre arrive à transmettre la paix aux nombreuses personnes qui viennent et qui, souvent, vivent de graves difficultés ou sont même désespérées. »

Au Brésil, le P. Francisco va rejoindre la Paroisse Notre-Dame de Lourdes ! 

« De la Drèche au Brésil, Marie me mène sur ses pas… On va prier les uns pour les autres. Soyez assurés que j’emporte dans mon cœur tout ce que j’ai vécu  ici, j’emporte la France. 

Y aura-t-il une réadaptation à mon propre pays ? Oui ! Je devrai me réadapter à la façon de penser : le rapport au temps par exemple n’est pas le même ; pour les Brésiliens, 30 minutes de retard ça passe…

 Par contre, Je n’aurai pas trop de problème avec les papiers !!  Je devrai aussi m’adapter à la liturgie, car je me suis très bien adapté à la façon française plus sobre et  plus recueillie qui  me correspond.

Je vais là-bas retrouver une manière plus exubérante, plus bruyante ;  les deux manières sont tout aussi vraies, mais pour ma part je devrai me réadapter à celle de mon pays d’origine.

Un dernier mot à tous avant de m’envoler: Je remercie du fond de mon cœur l’Église qui m’a accueilli. Ce que je suis aujourd’hui, je le dois à l’Église !

Messe chrismale en 2016 lors de la procession finale

 Je remercie mes frères pour la confiance, je remercie l’évêque, les prêtres, toutes les personnes que j’ai rencontrées, celles avec lesquelles j’ai vécu les sacrements. Les liens vont demeurer dans mon cœur. Vous pouvez compter sur ma prière ! »

Le P. Francisco a désormais passé le flambeau au P. Hilario Valcanaia, arrivé il y a un an, qui a été nommé recteur du sanctuaire de Notre-Dame de la Drèche :

 « Je lui souhaite beaucoup de courage, et aussi beaucoup de joies.»

 

———————————

 [Photos : copyright MUE 81]