Pour la paix en Côte d’Ivoire, une prière et un poème

En Côte d’Ivoire, durant l’élection présidentielle organisée le 31 octobre 2020, « le scrutin a été marqué dans certaines zones par de violentes manifestations, en particulier dans les villes de Yamoussoukro (capitale politique) et Abidjan, dans les communes de Cocody au quartier Blockhaus, également à Bingerville et à Anyama où les bureaux de vote ont été saccagés.
Des pertes en vies humaines sont à déplorer tout comme d’importants dommages matériels. »
[ Extrait d’une dépêche de l’Agence FIDES du 3 novembre ]

Dans notre diocèse, les Pères Robert, Rufin, Badjosse, Karol et Philippe, sont originaires des diocèses de Grand-Bassam, de Yamassoukro et d’Abidjan.

  • Nous pouvons nous unir à leur prière:

Seigneur, Père éternel, créateur du ciel et de l’univers
Créateur de cette terre de Côte d’Ivoire,
Tu voulais en faire un paradis
Pareil à celui confié à Adam et Ève.

 

Mais nous nous sommes éloignés de Toi,
Et nous voilà plongés dans la détresse,
Seigneur, prends pitié de nous.
Vois nos souffrances !
Vois nos cœurs blessés !
Vois nos familles dévastées, détruites !
Vois nos enfants perturbés !
Vois nos jeunes désemparés !
Vois nos efforts pour ramener la paix
Et fais de nous des artisans de paix !

Pardonne à ceux qui activent les tensions et les conflits
En procurant des armes ;
Touche leur cœur pour qu’ils préfèrent la vie à la mort.
Pardonne à ceux qui profitent de cette crise
pour piller notre pays et ses habitants.
Pardonne à ceux qui recherchent le pouvoir par tous les moyens
au mépris de la dignité de la personne humaine et de l’intérêt de la Nation.

Donne-nous des responsables politiques pénétrés de l’Esprit Saint.
Touche le cœur de tous et de chacun.
Révèle à tous ton Esprit et qu’ils acceptent de mettre fin
à la misère et à la souffrance de leurs frères et sœurs.
Suscite des hommes et des femmes pleins d’amour, de justice et de vérité,
capables de conduire ton peuple vers son épanouissement total,
avec courage, désintéressement, générosité et sagesse.

Bénis et protège tous les habitants de ce pays !
Révèle-nous ton amour et ta vérité !
Donne-nous la sérénité du cœur !

Donne-nous ta paix !
En union avec la Vierge Marie, Notre Dame de la Paix,
Nous te supplions, au nom de Jésus-Christ, Prince de la paix,
qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit
pour les siècles des siècles. Amen.

[Prière dite actuellement en Côte d’Ivoire]

Église du village de M’Gbasso

      •  Merci au P. Karol pour le partage du poème qu’il a écrit en cette circonstance :

« Bonnet blanc, blanc bonnet »
Silence on tue…
Ma mère* en pleurs
Crie sa peine de voir mourir ses fils
Aveuglés par la haine.

« Bonnet blanc, blanc bonnet »
Pourtant elle nous a toujours dit
Que la différence est une richesse…
Un arc-en-ciel qui se déchire
Perd sa beauté et sa splendeur.

Ô terre d’espérance…
Où tant d’espérances s’évanouissent
Étouffées par l’orgueil de tes fils…

« Bonnet blanc, blanc bonnet »
Les mêmes causes produisent
Toujours les mêmes effets…
Et le sang innocent de mes sœurs
Crie à la terre sa souffrance

En terre d’Eburnie**…
Silence on assassine…
La douleur me fend le cœur…
Cœur meurtri
Par tant d’insouciance…

L’Autre, nous a-t-on toujours enseigné,
C’est la grâce de Dieu qui vient,
C’est une bénédiction des ancêtres à accueillir…

« Bonnet blanc, blanc bonnet »
Et ma sœur crie sa douleur.
Plus de douceur ici

Jadis havre de paix,
Terre d’hospitalité
Devenue inhospitalière
Même pour ses fils ensanglantés…

« Bonnet blanc, blanc bonnet »
Et moi loin de ma terre
J’en suis à me demander
Qui t’a enseigné ce nouveau style,
Ce langage nouveau qui fait pleurer,
Cette manière de faire mourir…

Je ne retrouve plus ton visage
Ma terre perdue sous les flammes
Flammes de violence et de peur
Flammes de mépris de l’homme
Flammes qui réduisent l’autre à rien.

Ô ma mère, ô toi qui pleures,
Ta victoire sera celle du pardon
Qui démasque les funestes vues
De tes bourreaux
Qui crient silence quand tu souffres
Qui imposent mon silence
Lorsque tu pleures…

« Bonnet blanc, blanc bonnet ».
Bonnets rouges
Du sang de mes frères
Qui coule pour la liberté…

Seigneur viens redonner claire vision
À tous tes fils,

Bonnets noirs

Couleur ébène…

—————————–
* « ma mère » = la Côte d’Ivoire
** « terre d’Eburnie »= autre nom de la Côte d’Ivoire

Au petit Séminaire de Bingerville