Diaconie : journée de rencontre avec les plus fragiles

Cinq années ont passé depuis le rassemblement Diaconia 2013 voulu et impulsé par l’église de France. Patiemment la diaconie poursuit son chemin dans les cœurs et les esprits et des initiatives locales voient le jour. Ces initiatives manifestent un désir puisé dans l’Évangile : privilégier la rencontre avec les pauvres, les démunis, les plus fragiles d’entre nous…

A l’initiative du doyenné de Castres, une journée de la diaconie a été proposée samedi 23 juin. Cette première rencontre a vu converger des gens d’origines et de conditions très diverses : certains touchés par l’exil, la solitude, le handicap, la pauvreté matérielle… mais tous heureux de se rencontrer et d’être un visage de l’Eglise.

La journée commence par un apéritif et un repas : lieu d'échange, de rencontre et de partage...
Sœur Jo donne des nouvelles de Bert, un détenu américain avec qui elle entretient une correspondance. Les absents sont ainsi associés au déroulement de la journée !
Le Père Francis Gayral propose une réflexion autour du passage de l'Evnagile "Ce que vous avez fait aux plus petits d'entre les miens..." encourageant chacun à une compassion active.
Journée de la diaconie. L'eucharistie est célébrée à l'église Saint-Joseph de Laden., dans la joie de se reconnaître tous enfants du même Père.

Cette journée de la diaconie était une nouvelle occasion d’affirmer que le service évangélique de l’Homme est l’affaire de toute la communauté chrétienne : elle n’est pas une activité réservée à des experts ou à des vocations spécifiques. Créé à l’image de Dieu, chacun est invité à ressembler toujours plus à son Seigneur, compatissant et libérateur.

Diaconie ?

Le mot diaconie est encore hermétique pour beaucoup de chrétiens : il éclaire une des trois dimensions essentielles de la mission de l’Eglise : le service du frère (les deux autres missions étant la transmission de la foi et sa célébration à travers les sacrements.)

Solidarité, fraternité, justice, charité, option préférentielle pour les pauvres : la diaconie récapitule, en les enracinant dans la relation au Christ, toutes ces différentes approches de l’engagement envers autrui. Elle dépasse donc l’action caritative.

« Il peut être utile de faire référence aux structures juridiques primitives concernant le service de la charité dans l’Église. Vers le milieu du IVe siècle, prend forme en Égypte ce que l’on appelle la «diaconie»; dans chaque monastère, elle constitue l’institution responsable de l’ensemble des activités d’assistance, précisément du service de la charité. Depuis les origines jusqu’à la fin du VIe siècle se développe en Égypte une corporation avec une pleine capacité juridique, à laquelle les autorités civiles confient même une partie du blé pour la distribution publique. En Égypte, non seulement chaque monastère mais aussi chaque diocèse finit par avoir sa diaconie, institution qui se développera ensuite en Orient comme en Occident. »

Lettre encyclique Dieu est amour §23 (2005)

Approfondir votre lecture