Focolari : en 2017-2018 avec Marie …

  • Bientôt :

Les Focolari du Tarn, à l’occasion des 10 ans du décès de Chiara Lubich, fondatrice du Mouvement (1920- 2008) (lire communiqué) , se retrouveront dimanche 18 mars  à Castres de 10h30 à 16h : messe à 10h30 en l’église Ste-Thérèse (rue des Bleuets), puis rencontre au Lycée Notre-Dame, avenue d’Hauterive.

Grande joie ! Le Pape François se rendra à Loppiano, la première des cités-pilotes des Focolari, à L’Ascension, le 10 mai prochain !

 

  • Ces derniers mois :

Une journée régionale a réuni le 12 novembre des membres et amis du Mouvement sur le grand Sud-Ouest : “Son amour s’étend d’âge en âge…”

 

Des “Gen” (Jeunes Génération Nouvelle) des 4 coins de France  se sont retrouvés en mini congrès à Toulouse les 10 et 11 février … à l’école de Marie : “Comment cela se fera-t-il ? … Qu’il m’advienne selon Ta Parole.”

 

  • Une proposition toujours actuelle de la fondatrice des Focolari, à l’occasion de l’Année Mariale de l’Église catholique de 1987 :

« Dans une année entièrement dédiée à Marie, nous devrions trouver la manière d’honorer la Mère de Dieu, et de le faire le mieux possible.
Mais il y a bien des manières de l’honorer. On peut le faire en lui parlant, en la louant, en la priant, en lui rendant visite dans les églises qui lui sont consacrées, en la peignant, en la sculptant, en lui chantant des hymnes, en fleurissant ses statues.

Il y a bien des manières d’honorer Marie.
Mais il y en a une qui dépasse toutes les autres : c’est celle qui consiste à l’imiter, à se comporter comme une autre Marie sur la terre. Sans exclure toutes les autres possibilités que nous avons d’honorer Marie, nous devons nous concentrer sur celle-ci : l’imiter.

Mais comment l’imiter ? Que devons-nous imiter en elle ?

 

Imitons-la dans ce qui est essentiel : elle est mère, mère de Jésus, et spirituellement notre mère. Jésus nous l’a donnée comme telle sur la croix, en Saint Jean. Nous devons être une autre Marie, en étant mère.
Concrètement, nous devons prendre cette résolution : au cours de l’Année Mariale, à l’égard de toute personne que je rencontrerai ou pour qui je travaillerai, je me comporterai comme si j’étais sa mère.

En vivant ainsi nous verrons s’opérer en nous une conversion, une révolution. Et non seulement parce que parfois nous aurons à être mère même de notre propre mère et de notre propre père, mais parce que nous serons dans une attitude particulière, spécifique.

Une mère est toujours accueillante, prête à aider, elle espère toujours, elle excuse tout. Une mère pardonne tout à son enfant, fût-il délinquant, terroriste.
L’amour d’une mère, en effet, est très semblable à la charité du Christ dont parle Saint Paul.

Si nous avons un cœur de mère, et plus précisément si nous cherchons à avoir le cœur de la mère par excellence, Marie, nous serons toujours prêts à aimer les autres en toutes circonstances et à garder ainsi le Ressuscité vivant en nous. Mais nous ferons aussi toute notre part pour que soit maintenue la présence de Jésus, le Ressuscité, parmi nous.

Si nous avons le cœur de cette mère, nous aimerons tout le monde ; non seulement les membres de notre Église mais aussi ceux des autres Églises ; non seulement les chrétiens mais aussi les musulmans, les bouddhistes, les hindouistes, etc. et aussi les hommes de bonne volonté, tout homme qui habite cette terre, parce que la maternité de Marie est universelle, comme la rédemption est universelle.

Et même si, en retour, elle n’est pas toujours aimée, Marie aime toujours, elle aime tous les hommes.

Voici donc notre résolution : vivre comme Marie, comme si nous étions mère de tous les hommes. »

Extrait de : “Cercando le cose di lassù” Edition Città Nuova, 1992, pp 40-42

————————————-

  • Paru aux Éditions Nouvelle Cité, en 2017 (ci-contre) :

Chiara Lubich

Journée régionale

Des “Gen” (Jeunes Génération Nouvelle) des 4 coins de France

Vierge du Bon Accueil©Centro-Ave-Loppiano

Paru aux Éditions Nouvelle Cité, en 2017