Élection de Frère Emmanuel comme Abbé d’En Calcat

Un nouveau Père Abbé à En Calcat

Le 15 juillet dernier, les moines ont élu le Frère Emmanuel Roques pour être désormais leur Père Abbé, le 9e à la tête de ce monastère. Il a 49 ans. Son prédécesseur, le Père David  d’Hamonville avait dû, pour des raisons de santé, renoncer à la charge de Père Abbé qu’il assurait depuis 11 ans. Selon la règle de saint Benoît : « L’Abbé tient au monastère la place du Christ ». On dépasse donc ce qui serait simplement du domaine de l’administration du monastère. « Qu’il sache, continue saint Benoît, combien difficile et lourde est la charge qu’il a reçue : conduire les âmes, être au service d’un grand nombre avec leurs humeurs. Avec l’un il usera de douceur, avec un autre de blâmes, avec un troisième de persuasion. Selon le caractère et l’esprit de chacun, il se conformera, s’adaptera à tous. Qu’il sache qu’il a reçu des âmes à conduire et se prépare à en rendre compte ».

 

Parce que la tâche sera rude, c’est toute l’Église qui avec notre archevêque, va prier ce lundi 14 septembre, lors de la bénédiction abbatiale. Celle-ci demande par exemple « que son enseignement comme un ferment de vie divine pénètre avec plus d’efficacité au cœur de ses disciples ». Avec son Père Abbé, le monastère est comme une école de prière ou l’on s’entraide à vivre et à grandir selon l’Evangile, grâce à l’obéissance, à l’humilité et à la vie fraternelle. À En-Calcat où il est entré comme novice le 14 septembre 1992, ce bordelais d’origine reçoit la charge d’une quarantaine de religieux de divers âges (4 sont en formation). De la sorte, En-Calcat reste un monastère vivant. Certains s’en étonnent. Peut-être une insistance de la Règle peut expliquer la longue vie de la tradition bénédictine. Saint Benoît est mort en 547. À un monde bouleversé à l’époque par les invasions barbares, il a proposé la « stabilité ». On rentre normalement dans le même monastère pour toute sa vie, avec les mêmes orientations au jour le jour, année après année. Des hommes sans boussole, comme beaucoup aujourd’hui peuvent trouver là une réponse qui apporte la Paix. Le bénédictin, sait que Dieu sera aux carrefours avec la communauté et le Père Abbé. Il ne restera pas sans repères et sans soutien fraternel.

Les moines prient pour l’Eglise jour après jour. À notre tour, ce 14 septembre, nous prierons pour le Père Abbé Emmanuel et la communauté. Nous avons la chance d’avoir cette communauté dans le Tarn depuis les années 1890. Aussi au cours d’une Eucharistie, après l’homélie et la litanie des saints, Mgr Legrez appellera sur Père Emmanuel les dons de l’Esprit pour sa nouvelle charge. Cette mission revient à l’évêque du diocèse, même si le monastère n’est pas sous sa juridiction directe. L’assemblée du jour avec divers évêques, avec des Pères Abbés et des Mères Abbesses, des religieux, des prêtres et bien sûr nombre d’amis laïcs, vivra un temps de large communion ecclésiale. Avec tel ou tel moment d’émotion, par exemple, quand le Père David transmettra le bâton de pasteur pour le remettre au Père Emmanuel.

Maintenant, cher Père Abbé, bonne route pour cette rude tâche. Qu’une vive flamme d’Évangile brille dans ce coin du Tarn.

Abbé Claude CUGNASSE