Décès de Sœur Marie Pascale (Gaillac)

Sœur Marie Pascale Epailly, Sœur de Saint-Joseph de l’Apparition à Gaillac, s’en est allée brusquement le 27 juillet 2018 et son départ nous a d’autant plus peiné et surpris. Ses obsèques ont eu lieu le mardi 31 juillet en l’église Saint-Pierre de Gaillac, suivies de l’inhumation au cimetière Saint-Jean de Gaillac.

Ses sœurs évoquent sa mémoire et rendent grâce à Dieu pour ce qu’elle nous a apporté.

Sœur Marie-Pascale Epailly (Archives Mue 81-2014)

Née à Lyon, Sœur Marie Pascale est entré au noviciat à Marseille à l’âge de 21 ans. Elle a fait ensuite des études de théologie puis a été envoyée à Gaillac, qu’elle n’a pratiquement pas quitté, sauf de 1995 à 2001 ou elle a été au service du gouvernement de la congrégation comme conseillère générale. Durant ces années, elle revoyait régulièrement les siens qu’elle affectionnait particulièrement : son frère et sa famille qui comptait beaucoup pour elle.Professeur des sciences de la vie, puis directrice de Saint-Jo, toute sa vie professionnelle a été au service des élèves, des équipes pédagogiques, des parents. Elle était parfois exigeante, nous disent ceux qui l’ont bien connue, mais elle était juste et savait renouer le dialogue. Elle était très attentive aux élèves qui avaient parfois du mal à suivre, comme aux adultes qui avaient besoin d’une oreille attentive.En retraite, elle a continué d’avoir le souci de Saint-Jo, particulièrement des lycéens auxquels elle proposait, par le biais de personnes compétentes, des réflexions sur le sens de la vie dans ce monde en pleine évolution. Elle voulait les ouvrir, tout en respectant leur liberté, à cette dimension spirituelle qui la faisait vivre.

Sœur Marie Pascale était avant tout une religieuse, consacrée à Dieu. Nous avons été témoin de sa fidélité à la prière personnelle et communautaire, de son attachement à la Parole de Dieu qu’elle savait entretenir par des lectures spirituelles, de sa confiance en Dieu dans l’épreuve de la maladie. Elle était sœur de Saint-Joseph de l’Apparition. À ce titre, nous lui devons un sens aigu du charisme de sainte Émilie de Vialar qu’elle a transmis à tant et tant de sœurs qui sont passées à Gaillac pour mieux connaître l’esprit de notre fondatrice. Ces dernières années, des jeunes de la Birmanie, de la Thaïlande, de l’Inde, du Guatemala, ont bénéficié de sa grande intelligence des écrits d’Émilie de Vialar. Merci Marie Pascale.

Dans la vie quotidienne, ses sœur se souviennent d’une personne tranquille qui, même si elle n’était pas d’accord, restait calme la plupart du temps. Elle tenait à ses idées mais les exprimer de façon paisible.

Avec les jeunes sœur venant de l’étranger, qui avait du mal à comprendre notre langue, elle avait beaucoup de patience. L’une d’elles témoigne : « Elle m’a beaucoup aidée pour comprendre les textes de sainte Émilie en français. Elle était très patiente avec moi jusqu’à ce que j’ai compris. Elle m’encourageait toujours : oui, tu peux y arriver… »

Sœur Marie Pascale,  merci pour ton témoignage de foi, pour ton désir de faire connaître l’esprit de sainte Émilie, merci de ta patience, de ta fidélité en amitié.

Que sainte Émilie que tu as tant aimée t’accueille et maintenant, Marie Pascale intercède pour nous auprès de ce Seigneur que tu as servi tout au long de ta vie.

Sœur Thérèse avec la communauté de Gaillac, 31 juillet 2018