Homélie pour le jour de Noël

Frères et sœurs,

Au cœur de cette nuit, à l’époque où Quirinus était gouverneur de Syrie, un ange a averti des bergers de Judée de la naissance d’un Sauveur : le Messie. De fait, les bergers ont trouvé un nouveau-né dans une crèche à Bethléem. Après avoir vu l’enfant, ils racontaient l’évènement autour d’eux et ils rendaient grâce à Dieu dans la joie d’avoir trouvé celui qui leur avait été annoncé. La liturgie de cette nuit et celle de l’aurore nous ont introduits dans la contemplation de cette naissance mystérieuse, merveilleuse, modeste, révélée d’abord aux plus méprisés en Israël à l’époque, aux bergers.

Crèche de la cathédrale Sainte-Cécile

Le Prologue de l’évangile selon saint Jean, véritable résumé de cet écrit, révèle de manière éminemment spirituelle l’identité et la mission de cet enfant que nous regardons avec amour et interrogation dans nos crèches. Nous apprenons à la lecture du Prologue qu’à côté de Dieu se tient le Verbe. Une Personne qui a participé à la création et qui est Dieu. L’évangéliste ajoute que cette Personne est la vraie lumière qui éclaire tout homme en venant dans ce monde. Comment se fait-il donc que tant d’hommes, tels des aveugles ne parviennent pas à voir la Lumière du monde ? Il vient, il frappe à la porte de notre cœur et de notre intelligence. Seuls ceux qui ont un cœur d’enfant, capables de donner leur confiance, le reçoivent. Déjà au jour de sa naissance, il n’y avait pas de place pour lui à Bethléem…

Cette mystérieuse personne, la « Lumière du monde », a pris chair. Nous fêtons sa naissance aujourd’hui. Dieu dans la peau d’un homme : jamais un tel cas ne s’était présenté jusque-là. Dans les mythologies antiques, les dieux, s’ils rejoignent les humains, c’est toujours comme des surhommes. L’enfant de la crèche est « un petit d’homme » dans toute sa fragilité. Il a reçu de la Vierge Marie un corps semblable à celui de tout être humain, lorsque l’Esprit Saint l’a pris sous son ombre. Lui, l’enfant de Marie et de Dieu, donne à ceux qui placent en lui leur confiance le pouvoir de devenir enfant de Dieu. Seuls les petits qui perçoivent la grandeur et l’amour du Créateur sont prêts à s’abandonner dans les bras du Père en suivant le chemin tracé par le Fils, la Vérité et la Vie.

La mission du Fils est bien de faire connaître le Père de Miséricorde et de lui ramener ses enfants perdus, ces enfants avec qui, depuis toujours, il a voulu partager son amour. Ce Dieu tout-puissant, créateur de l’univers, choisit de venir dans l’humilité rejoindre ses créatures en commençant à s’adresser à celles des « périphéries », comme dirait le Pape François. Son peuple, pourtant préparé à sa venue depuis des siècles a eu du mal à le recevoir. Aujourd’hui même des croyants peinent à le faire connaître autour d’eux. Adultes dans la foi, peut-être, selon une expression consacrée, mais ils semblent avoir oublié que le Royaume que Jésus vient aujourd’hui inaugurer par sa naissance, appartient à ceux qui ressemblent aux petits enfants.

Frères et sœurs, il s’agit bien de s’ouvrir à la grâce et à la vérité que l’enfant de la crèche, un pauvre parmi les pauvres, désire offrir à tout homme de bonne volonté. De toute éternité chacun de nous est un enfant désiré par Dieu le Père pour partager d’ores et déjà et pour toujours, au-delà de la mort, sa gloire, sa présence aimante et miséricordieuse. Noël nous ouvre à la joie de l’espérance en apportant la lumière véritable dans toutes les formes de nuit que nous traversons. Que ce jour soit pour chacun d’entre nous un jour de joie partagée, comme les bergers ont su le faire, eux qui n’ont pas gardé la Bonne Nouvelle pour eux mais qui l’ont répandue à l’entour. Permettez-moi de vous conseiller le téléphone et internet, ces moyens de communication pourront vous aider en ce jour de Noël de pandémie, à poser des actes concrets qui manifestent votre espérance et qui vous permettront de participer à l’édification d’un monde nouveau. En saisissant les mains du Sauveur, nous pourrons agir comme lui, aimer comme lui nous aime en le suivant, lui qui est venu et qui est le seul chemin, la seule vérité, la seule Vie qui conduit à l’éternité.

Amen

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi

 

Homélie de la messe du jour de Noël

En la cathédrale Sainte-Cécile, Albi – vendredi 25 décembre 2020

1ère lecture : Is 52, 7-10

Psaume : 97, 1,2-3ab, 3cd-4, 5-6

2ème lecture : He 1, 1-6

Évangile : Jn 1, 1-18