Homélie pour l’installation de l’Abbé Pierre-André Vigouroux comme curé

Dimanche 27 septembre, la paroisse Saint-Michel fêtait son saint patron et l’installation de son nouveau curé, l’Abbé Pierre-André Vigouroux.

Frères et sœurs,

Votre paroisse est placée sous le patronage de l’Archange Michel. Depuis le Xe siècle, Michel était du monastère bénédictin qui est à l’origine de la prospérité de la ville de Gaillac. Pendant plusieurs siècles, au Moyen-Âge, l’Abbé du monastère était le Seigneur de la ville et exerçait un pouvoir spirituel et temporel sur la ville et les dépendances du monastère. On peut donc considérer comme bien légitime que votre nouvelle paroisse, fondée en 2018, ait voulu choisir  de continuer à se placer sous la protection de l’Archange.

Mais aujourd’hui qui croît encore aux anges ? Pourtant chaque fois que nous récitons le « Je crois en Dieu » leur existence est affirmée. Nous confessons que notre Dieu est créateur de « l’univers visible et invisible ». Les anges font partie des créatures invisibles dont l’ensemble de la Révélation biblique nous apprend non seulement l’existence, mais aussi leur rôle dans la réalisation du salut, voulu par Dieu en faveur de l’humanité.

Dans la première Alliance, c’est-à-dire l’ancien Testament, ils protègent et assistent des justes comme Abraham et Moïse. Ils sont proches des prophètes Isaïe, Ézéchiel et Daniel. Ils prédisent à Zacharie la naissance du précurseur, Jean-Baptiste. A l’Annonciation, comme à la naissance de Jésus, ils sont encore présents. En l’honneur du petit enfant de Bethléem, le Verbe de Dieu qui a pris chair, ils chantent la gloire de Dieu et souhaite la paix à l’humanité qui reçoit son Sauveur. Ils vont révéler aux bergers l’identité messianique du nouveau-né. Pour protéger Jésus, lors du massacre voulu par Hérode et lors de la fuite en Égypte, ils avertiront et conduiront Joseph. Enfin, ils serviront Jésus au désert après qu’il y ait été tenté.

Dans sa prédication le Seigneur Jésus fera mention des anges à plusieurs reprises. Il nous apprend en particulier l’existence de nos anges gardiens. Souvenez-vous de cette parole si lumineuse du Christ au sujet des enfants, souvent comptés pour peu à son époque : « Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits car, je vous le dis, leurs anges aux cieux voient constamment la face de mon Père qui est aux cieux » (Mt 18, 10). Ce sont encore des anges qui annonceront la résurrection de Jésus aux femmes au matin de Pâques.

Alors, frères et sœurs, comment douter encore de l’existence de ces créatures spirituelles que Dieu a voulu associer à maintes reprises au salut de son peuple Israël et finalement de toute l’humanité. Nous sommes placés face à un aspect mystérieux de la Révélation, nous sommes dépassés,… Nier la réalité de l’existence des anges ne correspond pas à la foi de l’Église depuis son origine jusqu’à aujourd’hui. Saint Augustin s’interroge : « Comment les anges de Dieu peuvent-ils  » monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme  » ? Il règne maintenant en haut, dans le ciel de sa gloire, à la droite du Père. Comment peut-il être en même temps en bas, pour que les anges descendent au-dessus de lui ? Seul Jésus peut répondre à pareille question. Il l’a fait, dit saint Augustin, sur le chemin de Damas. C’est d’une lumière venue du ciel que par la voix :  » Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu.  » (Ac 9, 4). Le même Jésus est à la fois en haut et en bas. Il est en haut dans le ciel pour illuminer et interpeller. Et il est en bas sur la terre pour être persécuté, dans son Église qui est son corps. Entre cet en haut et cet en bas, les anges continuent de monter et de descendre jusqu’au temps de la Parousie » [In Mon ange marche devant toi, Georges HUBER, Ed. Saint-Paul, 1970, p13].

Plus proche de nous, à plusieurs reprises le Pape François nous exhorte à prier les anges. Ainsi il conseille de s’adresser à notre ange gardien : « Demandons aujourd’hui au Seigneur la grâce d’être dociles, d’écouter la voix de ce compagnon, de cet ambassadeur de Dieu qui est à côté de nous en Son nom, et d’être soutenus par son aide » (homélie du 02 octobre 2015). À une autre occasion, le même Pape François suggère de s’adresser à votre patron : «  Demandons l’aide de l’Archange Michel pour nous défendre des pièges et des embûches du démon » (29 octobre 2015). Un patron est un modèle et un intercesseur. L’Archange Michel est un modèle pour mener le combat spirituel dans la fidélité à la volonté de Dieu qui veut nous associer à la victoire de l’Agneau, à la victoire du Christ sur la mort, sur le péché, sur les puissances de l’enfer, sur les démons (Cf. Ap).

Il est en outre ce puissant intercesseur auquel vous pouvez demander la croissance dans la sainteté pour votre paroisse. L’ange veut ce que Dieu veut. Il peut vous conduire à la croissance de la charité, à réaliser l’unité entre vous, faire que sa bienveillance devienne vôtre, afin que, comme lui vous favorisiez le dessein bienveillant du Père, ici à Gaillac.

Que saint Michel vous protège tous du plus jeunes aux plus âgés ! Qu’il accompagne chacun pour qu’il devienne toujours davantage une pierre vivante de votre paroisse, du curé au plus récemment baptisé !

Amen

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi

statue saint Michel
Saint Michel archange