Après l’annonce du Premier Ministre, « soyons inventifs et obéissants ! »

Sur RCF, dans la chronique PAROLES AUX ÉGLISES, Mgr Legrez revient sur la décision du gouvernement de ne pas autoriser les cultes avant le 3 juin.

Le confinement devient de plus en plus pesant pour beaucoup, en particulier pour beaucoup de catholiques… L’annonce du Premier Ministre qui n’autorise les cérémonies religieuses qu’à partir du 3 juin a suscité une déception légitime de nombreux laïcs et de prêtres, sans parler de celle des évêques qui ont tenté, mais finalement en vain, d’obtenir un autre résultat en négociant avec un gouvernement qui semble avoir été atteint de surdité… Le métro parisien aux heures de pointe, les marchés ou des commerces ne permettront sans doute pas le respect des mesures barrières que nous pourrions parfaitement observer dans nos églises dès le 11 mai.

Sans aucun doute une grande ignorance de la pratique religieuse et de son importance pour un petit pourcentage des français peut expliquer, indépendamment des motifs sanitaires, les décisions de nos gouvernants.

Certes il s’agit bien d’obéir aux règles sanitaires dictées par l’État. Se réunir à moins de dix personnes reste une possibilité qui peut permettre à des chrétiens de prier ensemble librement sans que le gouvernement puisse s’y opposer. La séparation des Églises et de l’État ne permet pas à nos gouvernants de s’immiscer dans notre manière de prier.

Soyons inventifs et obéissants !

De nombreuses initiatives de communautés paroissiales et de communautés religieuses depuis le début du confinement prouvent que les catholiques sont encore bien vivants et capables d’être responsables de leurs actes dans notre pays.

Confiance et audace, aussi bien dans la prière que dans le service des plus pauvres !

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi