« L’amour de ta maison fera mon tourment » (Jean 2, 17)

Au retour de l’assemblée de la Conférence des Évêques de France à Lourdes, je désire partager la joie qui a été celle des participants à cette assemblée qui a inauguré un nouveau mode de fonctionnement. En effet, pendant les trente-six premières heures chaque évêque était accompagné de deux de ses diocésains pour réfléchir aux questions écologiques mises en lumière par l’encyclique Laudato Si’ du Pape François. Six intervenants ont permis à tous de mieux saisir la nécessité de choisir des orientations pour nos sociétés qui soient bénéfiques pour la planète et l’ensemble de l’humanité. Seule une « conversion » écologique conduisant à une sobriété heureuse devrait permettre un meilleur respect de la dignité humaine, en particulier des plus pauvres, et renouveler les relations dans nos sociétés de plus en plus individualistes malgré le développement de nos médians. « Moins de biens, plus de liens » devient la devise à adopter.

Lors de l’Assemblée plénière de novembre 2019, les évêques de France et des baptisés de chaque diocèse.

Indépendamment de la matière traitée, c’est-à-dire l’écologie, la méthode mise en place a voulu être synodale. Véritablement les trois cents personnes que nous étions ont fait un petit bout de chemin ensemble. Nous avons écouté des témoins et réfléchi dans différents carrefours selon des méthodes de partage où chacun pouvait s’exprimer simplement et en vérité, sans craindre le jugement d’aucun. Ce fut certainement pour chacun une expérience de la synodalité souvent voulue et recommandée par le Pape François. Il nous faut maintenant dans les mois à venir poursuivre ce qui a été initié dans le diocèse. Des propositions sont déjà en préparation pour que l’enseignement de Laudato Si’ ne demeure pas seulement théorique mais conduise à changer nos modes de vie.

Par ailleurs, l’assemblée des évêques a poursuivi son travail pour lutter contre toutes formes d’abus, aidée par des victimes présentes et différents groupes de travail, ainsi que la Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Église (CIASE). Des mesures ont déjà été prises à la suite des découvertes de cette « face sombre de la vie ecclésiale dont nous n’avions pas idée ». D’autres le seront lorsque les différentes instances qui œuvrent à faire la vérité sur la situation extrêmement douloureuse des victimes présenteront aux évêques les résultats de leur recherche et de leur réflexion. Il s’agit bien, par une plus grande fidélité au Christ, d’être de véritables serviteurs de nos frères en apprenant chaque jour à l’être davantage en vérité.

D’autres sujets ont été abordés tels que le soutien aux agriculteurs de notre pays, le constat des crispations sociales à dépasser, la révision des lois de bioéthique, l’accueil de migrants, le service de la paix et de la justice dans le monde, ainsi que la prochaine visite « ad limina » des évêques français à Rome en mars prochain.

Puisse Notre-Dame de Lourdes aider les catholiques de France à demeurer fermes dans l’espérance et à oser, dans la docilité à l’Esprit Saint, bâtir ensemble un monde nouveau comme l’Avent nous y invitera bientôt !

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi