Jumelage diocésain Albi – Tamatave : Historique et objectifs

En 2016, le Jumelage entre les diocèses d’Albi et de Tamatave (Toamasina en malgache) a été officialisé. L’aventure d’ « apprivoisement » avait cependant débuté 2 siècles auparavant !!

  • Historique

En effet, c’est en mémoire des deux prêtres tarnais qui furent les « pères » de l’Église catholique à Madagascar, que Mgr Jean Legrez, archevêque d’Albi, et Mgr Désiré Tsarahazana, archevêque de Tamatave, créé cardinal le 29 juin 2018, ont tous deux souhaité ce jumelage. Ces deux prêtres, Henri de Solages et Pierre Dalmond, avaient certes été précédés au XVIIe siècle par la venue dans la Grande Île de Missionnaires lazaristes et jésuites, mais des évènements politiques de part et d’autre avaient dispersé ces embryons de communautés catholiques. Au début du XIXème siècle, Mgr Henri de Solages -natif de Rabastens- fut envoyé comme « préfet apostolique de l’île Bourbon (La Réunion), Madagascar et l’Océanie ». Immense chantier ! Après deux années à Bourbon, il était impatient de pénétrer dans la grande Île voisine. Autour du 17 juillet 1832, il débarqua sur la Côte Est de Madagascar, à Tamatave, sollicitant en vain un rendez-vous avec la reine. Ce rendez-vous ne vint jamais. Était-ce par appréhension d’une colonisation française, était-ce par opposition de pasteurs protestants proches de la reine ? On ne saurait le préciser. Non seulement le rendez-vous ne vint pas, mais le gouverneur local interdit d’apporter nourriture et soutien à Mgr de Solages qui avait entrepris de gagner à pied la capitale. Il mourut de faim et de fièvres à Andovoranto le 8 décembre 1832. Une croix marque le lieu où ce martyr de l’Évangile fut enterré et une église-mémoire a été édifiée récemment puis consacrée le 7 décembre 2014 par le nonce apostolique, en présence des archevêques de Tamatave et d’Albi.

En 1837, le flambeau fut repris par le Père Pierre Dalmond -natif de Villefranche d’Albigeois- que Mgr de Solages avait amené avec lui à Bourbon. Le Père Dalmond sut créer un noyau de catholiques qui a ensuite rapidement augmenté.

Actuellement le Diocèse de Tamatave, érigé en 1955 et d’une superficie de 23 690 km², comprend environ 1/3 de catholiques, soit près de 430 000 fidèles. Depuis 2010, il constitue un Archidiocèse, avec trois autres diocèses dont celui de Fénérive-Est où se trouve l’Île Sainte-Marie, lieu qu’évangélisa Mgr Pierre Dalmond.

  • Quels sont les objectifs du jumelage ?

Dans chacun des deux diocèses, un comité de jumelage a été créé avec la mission de développer les piliers de ce jumelage :

  • Il s’agit d’abord de se porter mutuellement dans la prière : une intention de prière mensuelle pour l’autre diocèse est par exemple proposée chaque 1er dimanche aux paroisses et communautés religieuses.
  • Des liens de fraternité se tissent entre les deux Églises : un lien régulier de nouvelles s’établit. La connaissance de l’autre diocèse grandit ; à cet effet, un DVD « Du diocèse d’Albi à l’Océan indien » a été réalisé, il est maintenant traduit dans les deux langues. Peu à peu, se dessinent des échanges entre mouvements (équipes du Rosaire, MEJ…), entre écoles.
  • Nous pouvons nous aider, pastoralement et matériellement : si une aide financière ponctuelle s’avère nécessaire, elle sera assurée dans une action conjointe des deux comités de jumelage. Les radios diocésaines entreprennent de mieux se connaître pour un enrichissement réciproque. Un séminariste tarnais est parti 2 ans en coopération tandis qu’un prêtre de Tamatave a été envoyé dans le Tarn comme Fidei donum. Ces échanges s’élargiront, nous l’espérons, à des consacrés, des couples, des jeunes…

 

  • Temps fort annuel :

Début décembre, un rendez-vous se déroule conjointement dans les deux diocèses avec un ou des représentants de l’autre diocèse. C’est le pèlerinage malgache diocésain sur le lieu du martyre de Mgr de Solages et « la Fête du Jumelage », rassemblement diocésain dans l’une des Paroisses tarnaises.

Le 2 décembre 2018, Mgr Legrez s’adressait aux fidèles réunis en la cathédrale de Lavaur : « Demandons au Seigneur de nombreuses bénédictions pour l’Église de Tamatave et pour Madagascar, au moment de l’élection de son chef d’État. Qu’une évolution réelle de la vie politique puisse être source de davantage de justice et de vérité, afin de permettre de meilleures conditions de vie à tous les habitants de la Grande Île, spécialement aux plus pauvres. Et que cette journée fasse grandir nos liens fraternels avec le diocèse de Tamatave et favorise la croissance de l’Église universelle ! »

Tandis qu’à Andovoranto, le Cardinal Désiré Tsarahazana s’adressait à la délégation tarnaise, puis à ses diocésains : « Par votre présence ici, c’est tous les chrétiens de votre diocèse qui sont venus prier avec nous aujourd’hui. Nous formons vraiment une seule famille, unis par la foi, cette foi qui a conduit Mgr Henri de Solages à venir à Madagascar et à y mourir, car il aimait le peuple malgache. “Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.” C’est une tradition maintenant de venir à Andovoranto au début du mois de décembre. Que cette tradition continue pour toujours ! Malgré la dégradation de la route, malgré le problème du bac, cela ne vous a pas empêchés de venir ici nombreux. Merci pour votre foi et pour votre amour. Vive la collaboration entre le diocèse d’Albi et le diocèse de Toamasina ! Que Dieu bénisse notre jumelage ! »

 

Rose-Line Coureau,
Service Mission universelle du diocèse d’Albi
Janvier 2019