Sainte Cécile

  Sainte Cécile, patronne des musiciens, est patronne principale du diocèse d’Albi et titulaire de l’église cathédrale.

 Cécile appartenait à une grande famille romaine : les « Cecilii », et était chrétienne. Selon la tradition, elle fut fiancée à un jeune homme prénommé Valérien, qu’elle convertit au christianisme. Ayant refusé d’honorer les divinités romaines, ils souffrirent tous deux le martyre aux alentours de l’an 220 ; Tiburce, le beau-frère de Cécile, fut également martyrisé.

Sainte Cecile 2 Sainte Cecile 3

La légende rapporte que Cécile fut plongée dans un bain bouillant et en sortit indemne. Le bourreau tenta de la décapiter à trois reprises, mais, le cou mal tranché, elle agonisa pendant trois jours. Elle voulut que sa maison soit transformée en église. Elle expira enfin, en présence du pape Urbain, qui l’ensevelit dans le cimetière de Calliste

Le pape Urbain

Sainte Cecile 4

En 821, les restes de sainte Cécile furent transférés dans une église romaine proche du Tibre : Sainte-Cécile au quartier du Transtévère à Rome.

C’est sans doute à cette époque que quelque relique fut acquise par Albi où déjà depuis le 7e siècle, les cathédrales successives étaient dédiées à sainte Cécile.

En 1466, le cardinal Jean Jouffroy, alors évêque d’Albi, ramena de Rome un coffret de reliques de sainte Cécile qu’il avait pu obtenir.

En 1599, le cardinal Sfondrati fit de nouveau procéder à Rome à la reconnaissance des reliques de la Sainte. L’actuelle châsse qui est exposée tous les 22 novembre, a été acquise par Mgr Fonteneau et bénite en 1887.

Sur la voûte, Cécile est en prière, tout comme Valérien, représenté sur le versant opposé.

Tous deux sont de profil, les mains jointes, à genoux sur un large guéridon, et dans un disque rayonnant aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Sainte Cecile 5

Au-dessus de chacun d’eux un ange descend du ciel apportant une couronne de roses, comme l’indiquent les inscriptions ANGELVS DE/DIT CORO/ NAM CECILIE (l’ange donna une couronne à Cécile)— ET ALTERÀM DEDIT / ANGELVS AD VALERIANO (et l’ange en donna une autre à Valérien)

Sainte Cecile 6

La scène représentée est celle du couronnement de Cécile et de Valérien par l’ange du Seigneur, après qu’ils aient décidé de conserver leur virginité dans le mariage. Les couronnes de lis et de roses qu’ils reçoivent, les placent au rang des élus de Dieu. « Le jour de ses noces, Cécile chantait à Dieu dans son cœur », était-il écrit .

Mais le verset liturgique a omis le mot essentiel « dans son cœur » pour le remplacer par le mot « organis », « au son des orgues », de sorte que peu à peu, on en est venu à penser que Cécile chantait en s’accompagnant des sons d’un orgue… Aussi sainte Cécile est-elle fêtée comme patronne de la musique !

Sainte Cecile 7

Sur la voûte, la mise en parallèle de leur élection avec celle de la Vierge de l’Annonciation est très poussée, car Cécile et Valérien présentent des auréoles rappelant celles de Marie et de l’archange Gabriel, même si l’auréole de la première est plus rayonnante et celle du second d’une plus forte densité lumineuse, même si les anges les glorifient sans musique et chacun avec un seul lis, plus symbolique que réel, et si Dieu paraît plus éloigné d’eux.

Textes liturgiques : Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés