Lavaur : cathédrale Saint-Alain

La renaissance !

Construite en 1255, la cathédrale Saint-Alain est un chef d’œuvre de l’architecture gothique méridionale, dont le programme de restauration intérieure est en grande partie réalisé : après deux ans et demi de travaux, l’abside, le chœur et la nef ont été terminés en mars 2016.

Les décors peints au XIXe par les frères Céroni, en trompe-l’oeil, murs en grisailles et voûtes aux fins décors gothiques en couleur, resplendissent d’un nouvel éclat, invitant les visiteurs de tous âges à les relire.

Des travaux extérieurs programmés, avec la réfection façade de l’entrée gothique et des toitures des chapelles Sud. La finition de la restauration intérieure comprendra les chapelles, l’armorial des évêques, le narthex et le Grand porche gothique intérieur.

Le budget de cette restauration s’est élevé à 1 800 000 €, dont les deux tiers sont effectifs. Le financement est réparti entre l’Etat 38%, la Région 8%, le département 15%, le mécénat par la Fondation du patrimoine 14%, et la commune de Lavaur 25%.

Lavaur St Alain 2 Nouveau mobilier liturgique

En accord avec Monseigneur Jean Legrez et le père Joseph Dequick, curé de Lavaur, un nouvel aménagement du choeur a été créé, comprenant la table d’autel romane (1098), posée sur un socle moderne en acier corten, et l’ambon.
Cet ensemble est posé sur une plate-forme en marbre de Caunes-Minervois (Aude). De petits spots insérés dans le marbre mettent en valeur la frise sculptée représentant le Christ servi par des anges.

 


Quelques éléments historiques

Chef d’œuvre de l’architecture gothique méridionale, ce bel édifice en brique a été bâti en quelques décennies à partir de 1255. Le 26 septembre 1317, le pape Jean XXII crée l’évêché de Lavaur dont il fixe les limites diocésaines et organise le chapitre épiscopal le 22 février 1318. Chaque évêque participera à l’embellissement de Saint-Alain jusqu’à la suppression du diocèse de Lavaur en 1801, par le Condordat.

Lavaur St Alain 3

L’ouvrage qui surplombe l’Agout se caractérise par une nef unique bordée de chapelles (XIVe et XVe siècles), flanquée à l’Est d’une abside du XIVe et à l’Ouest d’un puissant clocher tour avec portail monumental de la fin XVe / début XVIe siècle.

Lavaur St Alain 4

Intérieur

- La nef
5 travées plus le chœur et l’abside sans piliers, typique du premier gothique languedocien.
Longueur : 85 m, largeur : 13,8 m, hauteur sous voûte : 28 m. La longueur totale de l’édifice, y compris la chapelle sous le clocher, est de 73 m.

Au fond sous la tribune de l’orgue, à mi-hauteur, les peintures de Moïse et Aaron
Toujours à mi-hauteur des deux côtés de la nef, les représentation des Pères et Docteurs de l’Église :
Mur Nord : Bernard, Fulgence, Léon, Augustin, Jean-Chrysosthome, Grégoire de Nazianze, Athanase, Cyprien.
Mur Sud : Thomas d’Aquin, Grégoire, Césaire, Cyrille d’Alexandrie, Jérôme, Ambroise, Basile, Hilaire.

Lavaur St Alain 5  

A la voûte, 44 saints et saintes peints dans des médaillons.

La clef de voûte de l’abside représente un agneau pascal avec la bannière de la croix.

Autour de la clef de voûte, sur les pans triangulaires de la voûte du chevet, les médaillons des douze apôtres.

Lavaur St Alain 6  

Sur les murs qui font la jointure entre l’abside et la nef, de chaque côté un ange avec un glaive, ils sont les gardiens du sanctuaire – au dessus quatre anges « servant d’autel » – au centre en haut : le Christ, grand prêtre, en habits sacerdotaux.

- Le chœur polygonal a perdu sous Mgr de Castellane (1770-1791) son magnifique jubé gothique flamboyant.
Croix de procession des Pénitents bleus (1593)
À droite, niche contenant le tombeau renaissance de Mgr Simon de Beausoleil (1514-1521)

- Chapelles

Lavaur St Alain 7 Première chapelle de droite :

portail roman aux chapiteaux historiés présentant des scènes de l’enfance et de l’adolescence de Jésus (restaurés en 1868).

À gauche : annonciation, nativité, fuite en Égypte, rois mages ;
à droite : visitation, Jésus au milieu des docteurs, massacre des saints Innocents, adoration des bergers.

Au dessus de l’entrée de cette chapelle saint Jean-Baptiste tourné vers le chœur, en dessous une coquille Saint-Jacques et une inscription « Lui vous baptisera dans l’Esprit ».

Deuxième chapelle de droite : de style gothique flamboyant dans la partie sud, belle voûte nervurée de liernes et tiercerons du XVIe siècle. Tableau attribué à André del Sarto

Troisième chapelle de droite : due à Mgr Pierre Roussergue (1500-1514), dites autrefois chapelle des mages, devenue chapelle de l’Agonie. Belle Pieta de bois peint et doré du XVIIe siècle, due à Marc Arcis, originaire du Vaurais (1655-1739). Sur le côté, des statuettes d’anges en bois doré tenant les instruments de la Passion (XIXe siècle).
Lutrin de fer forgé et cuivre repoussé de 1778 du à Ortet (1717-1782) portant les attributs des évangélistes (classé).

- Le grand orgue Cavaillé-Coll (34 jeux) est installé en 1876, derrière un splendide buffet en bois sculpté polychrome (1523) attribué au sculpteur toulousain Nicolas Bachelier, chef-d’œuvre de l’art de la Renaissance dans le Midi.

Lavaur St Alain 8

Lavaur St Alain 9a Lavaur St Alain 9b

Photos : P. Poitou

- Le clocher porche

Portail gothique flamboyant (tiers-point) au linteau Vierge en majesté avec l’enfant Jésus (tête, hélas cassée) sur ses genoux, entourée des Rois mages et de saint Joseph.
Dans les voussures statuettes de plusieurs apôtres (Pierre, André, Jean, Jacques…).
Au sommet du galbe central domine l’archange saint Michel terrassant le dragon.
Au trumeau central, statue de saint Alain et de saint Étienne, reconnaissable à la dalmatique des diacres.

La ville de Lavaur est la seule dans le Sud-Ouest de la France à posséder un jacquemart, automate en bois hissé au sommet de la petite tour carré. L’automate, coiffé d’un bonnet phrygien, ne prendra place qu’en 1604, actuellement c’est le troisième, les deux premiers sont au musée du Pays Vaurais.

Approfondir votre lecture