Labruguière : église Saint-Thyrs

Le 24 septembre est la fête de saint Thyrs, patron de la paroisse (la seule du diocèse).

Il est né en Grèce, diacre, il est envoyé par l’évêque saint Polycarpe évangéliser la Gaule, et notamment la Bourgogne. Prêchant l’amour des ennemis, il déplut à l’empereur qui le fit assassiner à Saulieu, avec Andoche, qui était prêtre, et Félix, le marchand, qui les avait hébergés, vers 178. Saint Thyrs est mort martyr, c’est-à-dire qu’il a témoigné jusqu’au bout de son amour pour le Christ et ses frères au nom de l’Évangile.

Les 5 vitraux du chœur de notre église de Labruguière illustrent l’essentiel de sa vie.

Architecture de l’église Saint-Thyrs

Ravagée en 1570 pendant les guerres de Religion, l’église n’a conservé que son clocher d’origine, imitation du clocher toulousain de Saint-Sernin ou des Jacobins, modèle de ceux de Saint-Amans-Soult, de Verdalle, d’Avit, de Soual.

Deux pierres, l’une à la base, l’autre au sommet, respectivement datées de 1314 et de 1417 indiquent le début et la fin de sa construction. La durée -un siècle- explique la différence de style des trois parties : une base carrée porte une chambre qui servait autrefois de prison sur laquelle s’élèvent trois étages octogonaux avec 26 baies, colonnettes, gargouilles, balustrades.

La flèche en pierre s’élève à 44 mètres de haut.

La nef a été refaite et agrandie en 1613. La partie ajoutée fait face à la chapelle de la Vierge de sorte que le sanctuaire resté à sa place primitive n’est plus dans l’axe de la nouvelle nef.

Approfondir votre lecture

  • Saint-Thyrs

    Paroisse de Labruguière

  • Labruguière : Notre-Dame de Grâce

    À Labruguière aussi on se tourne depuis longtemps vers Marie. La chapelle Notre-Dame de Grâce, sur la route de Castres, a été restaurée en 2017. Elle existait avant 1524