Cestayrols : chapelle Notre-Dame de Roumanou

Cestayrols Roumanou 1

Établie sur une éminence rocheuse aux abords de la Vère, à l’origine cette chapelle faisait partie d’un prieuré fondé vers 1037. Dépendant d’Ambialet, puis de l’abbaye bénédictine de Saint-Victor de Marseille, ce prieuré fut détruit lors de la croisade contre les Albigeois.

L’église a la forme d’une croix latine avec une longueur de 18m sur 4,80m de large et 4,70m de hauteur des tailloirs au sol. Elle est orientée et est voûtée en berceau.

Cestayrols Roumanou 2

Cestayrols Roumanou 3

Tout autour de la chapelle règne, à la hauteur des tailloirs des chapiteaux et se confondant avec eux, un cordon qui n’est chargé d’aucun ornement, mais qui, à en juger par le tailloir d’un chapiteau et des pilastres du chœur sur lesquels est gravé une incrustation en damier, ou mieux de plusieurs rangs de « billettes » chevauchant, était destiné à recevoir une ornementation semblable. Dans le bas et à la hauteur du socle des piliers, étaient adossés, tout au long des murs, des bancs en pierre. Sur le socle du premier pilier à gauche, en entrant, on lit l’inscription suivante dont la forme des lettres accuse le XIIe siècle « KADATRUS HIC REQVIESCIT ANMA EJUS IN PACE.

Les fonts baptismaux sont formés d’une coupe oblongue, ovale chargée avec le pied sur lequel elle repose, de tores et de creux alternés dessinés obliquement et aboutissant à une bande perpendiculaire. Au haut de cette bande, sur la coupe est gravé dans un écusson surmonté d’une croix, le monogramme du Christ, difficilement visible. Ces fonts étaient primitivement placés au centre du transept ?

Le bénitier est en grès et formé d’une coupe oblongue portée sur un pied cubique dont la face antérieure est ornée d’un encadrement de six étoiles et d’une bande. Un soleil ou figure avec rayons se voit encore dans le champ entre le haut de l’écu et l’encadrement.

À l’extérieur, une porte latérale aujourd’hui murée, existe dans la première travée de la nef contre le transept de gauche, elle servait aux religieux du prieuré pour se rendre à la chapelle ou était-ce « la porte des morts » qui servait aux défunt après la cérémonie, le passage à un éventuel cimetière.

L’imposant clocher fut ajouté ultérieurement tout en respectant le style romano bizantin de l’édifice.

D’une allure très austère, renforcée par l’absence d’ouverture, l’église présente d’élégantes arcatures de chaque coté de la nef ainsi qu’un splendide portail orné d’extraordinaires fleurons et palmettes.

Cestayrols Roumanou 4a Cestayrols Roumanou 4b

Cestayrols Roumanou 5

Cestayrols Roumanou 6

Gaillac