Jésus ressuscité apparaît au Cénacle

Jésus ressuscité apparaît au Cénacle : dans la 4e travée depuis les orgues qui surplombe le milieu de l’assemblée actuelle des fidèles, cette scène de théophanie est associée à l’épisode de la Transfiguration qui s’est déroulée au cours de la vie publique du Christ.

Cenacle 1

Dans l’Évangile selon saint Jean, l’apparition au Cénacle est narrée au chapitre 20 (v. 19-31) Jésus qui a été condamné et mis à mort sur la croix, a été enseveli rapidement dans un tombeau proche car la fête de la Pâque tombe le jour du sabbat.

Au matin du 1er jour de la semaine, les femmes vont au tombeau, le corps n’est plus là ; elles annoncent la résurrection aux disciples. Puis advient l’apparition aux disciples : ce même soir, le premier jour de la semaine, les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.

Cenacle 2

La salle du Cénacle a été imaginée par les artistes de la voûte comme une tribune ou une scène de théâtre, clôturée par une balustrade du côté des spectateurs. Les portes fermées sont représentées ; les disciples sont à l’étroit dans cette pièce, symbole de lieu caché.

Or, l’un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

Comme dans le tableau de la Transfiguration, le visage de Jésus semble scruter en profondeur le disciple auquel il s’adresse ; cependant, au Cénacle, le Christ est passé par la crucifixion et la mort : son auréole est marqué de la croix pourpre.

Un texte latin, réparti sur deux cartouches, reproduit l’essentiel des paroles évangéliques :

- Côté nord “DIXIT IESVS / AFFER MANVM / TVAM ET MIT / TE IN LATVS / MEVM. ET… . Jésus dit (à Thomas) : “Approche ta main, et mets-la dans mon côté »

- Côté sud « RESPONDIT / THOMAS ET / DIXIT El : DO / MINVS MEVS / ET DEVS MEVS. Thomas répondit et lui dit : “Mon Seigneur et mon Dieu ! ».

La résurrection n’est pas un simple retour à la vie terrestre, le corps avec lequel Jésus se manifeste à ses disciples est bien celui qui a souffert, il porte les traces des clous de la crucifixion ; mais signes de sa gloire céleste, la lumière qui vient d’en haut et la présence de Jésus alors que les portes sont closes.

Jésus dit à Thomas : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Jésus fonde la foi de Thomas et des autres disciples, et eux, premiers témoins de la Résurrection, deviennent les fondements de l’Église. Ils annonceront partout la Bonne Nouvelle du Salut.

Textes liturgiques : Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés