Anne et Joachim

À la dixième travée à partir des orgues, les parents de la Vierge Marie sont signalés par leur nom : SANCTA / ANNA et S. JOVA/CHIM ; ils se font face dans les niches. Cette travée met en valeur ceux qui accompagnèrent l’enfance du Christ :

sainteanne 1

Sainte Anne

Peinte au sud, Anne (son nom signifie : « La Grâce – la gracieuse ») est représentée relativement jeune, vêtue de blanc ; légèrement penchée, elle semble à l’écoute et elle joint les mains en une prière d’action de grâces.

Saint Joachim

Joachim (« Dieu accorde ») au nord, élève le regard et les mains en signe d’accueil de la Volonté de Dieu ; il porte une robe rouge richement fourrée ainsi qu’un couvre-chef élégant, indicatifs d’un statut d’homme aisé.

Les évangiles canoniques ne disent rien de l’enfance de Marie et de sa famille, mais diverses anecdotes et les noms de Joachim et Anne ont été véhiculés à partir d’évangiles apocryphes (tel le Proto évangile de Jacques). Ceux-ci évoquent des gens sans enfants après 20 ans de mariage, mais très pieux. Une fille leur sera donnée, signe de la bénédiction et de la miséricorde infinie prodiguées par Dieu par amour de son peuple.

Au terme de la longue lignée des ancêtres de Jésus, ce couple porte toute l’espérance et la foi du peuple de Dieu, et il les transmet à Marie. Ainsi le plan de Dieu sur l’humanité peut s’accomplir.

Le culte de sainte Anne a été très populaire en Occident à partir du Moyen-Âge ; Anne est l’image de celle qui transmet la Parole de Dieu, qui éduque à la Foi ; elle est modèle de discrétion, de fidélité, de persévérance. Saint Joachim est resté davantage dans l’ombre.