Je donne à l'Église
Agenda
Paroisses
Accueil Contacts

Raymond Fau – Il est parti, le mendiant de lumière…

Raymond Fau, Tarnais dont les compositions musicales ont marqué plusieurs générations de chrétiens, s’est éteint dans la nuit du 26 au 27 décembre 2021.

 

Parmi ses chansons :
  • « Tu es là au cœur de nos vies« ,
  • « N’aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ« ,
  • « Oh qu’elle est longue, cette route qui me conduit vers toi« ,
  • « Marie, tendresse des pauvres« …
La messe de ses obsèques a été célébrée le 30 décembre à Graulhet dans l’église paroissiale Notre-Dame du Val d’Amour; elle était présidée par le curé, le P. Jean-Marc Vigroux. « Une célébration qui ressemble à ce grand homme, grand par sa foi, sa modestie, son humanisme… », commentait un couple tarnais.
.
.
Le soir précédent, une veillée de chansons avec plusieurs chanteurs et musiciens avait réuni une large assemblée en hommage à celui qui avait été leur ami, leur inspirateur, leur soutien…, celui dont les refrains avaient fortifié la foi, apprenant à des multitudes à chanter l’Ami par excellence, Jésus.
.
Patrick Richard, Hubert Bourel, Jean-Pierre Bonsirven, Steeve Gernez, Danielle Sciaky, Jean Pradelles, Cécile et Jean-Noël Klinguer, Bernadette Chauvet…

.

.

Photo Jean Rouzet

.

« Il est parti l’homme des longues routes, écrit André Fabre, diacre dans le Lacaunais, il est parti l’amoureux de la vie et de la liberté. L’homme des chansons du vent d’Autan, du petit train de Lacaune du vieux pont d’Albi et des collines graulhétoises…

Il est parti dans la lumière des visages croisés, aimés et gardés sur ses pellicules. Son œil était plus grand que le monde, sa soif de l’Autre et des autres était plus forte que ses chansons. Scout un jour, scout toujours, jusqu’au bout de ses doigts et de ses mains ouvertes.

A Dieu, l’ami, va-t’en donc retrouver Aimé Duval, Pierre Pradelles et tant d’autres, témoins d’une Église toujours en quête de l’Homme-Dieu.
Merci pour tes mille chansons qui ont porté tant d’hommes et de femmes jusqu’au bout de la joie de l’Évangile et de ses bonnes nouvelles.

 


Merci pour les mille visages d’enfants indiens ou africains, photos données pour nous ouvrir les yeux et le cœur.

Salut Raymond. »

 

Frédéric Bardet, éducateur tarnais, auteur compositeur interprète:

« C’est avec émotion que j’ai appris la mort de Raymond Fau.
Un modèle et une référence pour moi, il m’a beaucoup inspiré dans mes compositions.

Tout petit avec mes sœurs on apprenait ses chansons à l’école, au caté, en famille ou dans les veillées scout.

Avec ses chants entraînants « Tu es là au cœur de nos vies », il enthousiasmait toutes les générations. « Petit Écureuil, toi qui fais le fou… » J’étais fan j’avais quatre ans!

Et plus tard : « Combien de temps », « N’aie pas peur », « Je partirai un jour » ou encore Santiago de Compostelle…

Quand j’ai sorti mon premier album pour enfants, quelle ne fut pas ma surprise de recevoir une lettre de Raymond que je ne connaissais pas pour me féliciter. Par la suite, j’ai eu la chance de le  rencontrer à plusieurs reprises sur Graulhet et Briatexte.

 

Frédéric à la guitare avec Raymond Fau

 

La toute dernière fut il y a un an précisément à la messe de Noël ; il  chantait derrière son masque, on le sentait  heureux ! Heureux d’avoir  transmis cette passion et d’avoir témoigné sa foi toute sa vie.

Un très grand monsieur qui aimait faire plaisir. Merci Raymond. »

 

Michel Rodier, diacre dans le Castrais, se souvient avec émotion:

« J’ai connu Raymond Fau du temps de mes 16 ans lorsque j’étais chez les Scouts de France.
Dans ce mouvement, Raymond va trouver matière à exprimer sa soif d’être utile et de s’investir au service des autres.

J’ai eu la joie de participer au pèlerinage des responsables Scouts et Guides de France à Rome en 1967 qu’il avait animé en nous conduisant sur les pas de St Pierre et St Paul. »

Raymond a beaucoup chanté des chansons de sa composition, mais, disait-il :

« Ma passion première c’est l’image, la photographie plus encore que la chanson; cependant la passion la plus formidable c’est celle de la rencontre.« 

Des rencontres, il en aura fait beaucoup et notamment au cours de ses nombreux voyages à travers le monde, comme en témoignent ses  photos d’enfants du monde.

 

 

Il nous laisse tant de chansons, du : « Petit train de Lacaune » à : » Je partirai un jour, vers des pays nouveaux. »

Alors pour toute la joie que tu as semée autour de toi, nous te disons :

Merci Raymond.« 

 

Le Groupe Gaj’ :

« C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Raymond Fau.

Si, pour beaucoup de chanteurs chrétiens, il est à l’origine de leurs débuts, pour nous, Raymond Fau est une source d’inspiration !

C’est une chance d’avoir pu le rencontrer à quelques reprises.

Nous voudrions le remercier sincèrement pour tout ce qu’il a amené et semé aux quatre coins du monde. Raymond était un vrai troubadour de Dieu !

Nous sommes issus de cette même terre tarnaise qui nous rend encore plus proches de lui.

Merci Raymond et A-Dieu. »

 

——————–
* Lire le récit de son parcours publié en 2016 aux éditions Bayard sous la plume de Jean Humenry avec Christophe Henning, préfacé par Gaëtan de Courrèges.