“A propos du progrès”. Réflexion avec le Service Incroyance et Foi

La réunion de dialogue organisée par le SIF  dans le Mazamétain le 14 juin 2019 autour du thème « le Progrès : espoirs ou régressions ? »   a mis en relief deux évidences :

 

– On ne peut s’interroger sur un progrès, quel qu’il soit, sans envisager ses conséquences positives et/ou négatives.

– Ce qui peut-être nous manque, ce sont les informations qui nous permettraient d’avoir du discernement afin de surmonter les peurs de l’inconnu engendrées par ces mutations.

Au premier abord, le progrès n’était envisagé que sous un aspect positif mais, chose surprenante, rapidement le revers de la médaille est apparu : OUI pour le progrès, mais sous conditions.

 

 

Voici l’essentiel de notre réflexion :

–  Est-ce d’avoir toujours plus ? (hyperconsommation, déchets…)

–  L’évolution est-elle nécessairement source de progrès ?

–  Quels sont les freins (peurs individuelles, sociales, réticences sociétales…) qui nous empêchent de progresser ?

–  Dans quelle mesure sommes-nous capables (en conscience et en connaissances) de nous situer face à tous les changements ?

–  Chaque innovation est un choix qui oblige à renoncer à d’autres possibilités (les robots peuvent priver une partie de la population de l’accès aux emplois peu qualifiés…)

–  Comment vivre les inévitables mutations de notre société plutôt que de les subir ?

Le progrès DOIT être bénéfique pour l’Homme : le faire grandir sans l’asservir.

D’où l’importance de cette réflexion dès le plus jeune âge et tout au long de sa vie.

 

[Texte de synthèse rédigé par Alice et Muriel]