Saint-Salvi : dernier concert d’orgue avant travaux

Albi, église Saint-Salvi

Ce n’est qu’un au-revoir… qui risque de durer de longs mois. Un déchirement pour l’organiste titulaire Frédéric Deschamps (également titulaire des orgues de la cathédrale toute proche) qui devra pour au moins deux ans animer les messes à l’orgue de chœur. C’est également un soulagement, car les grandes orgues de la collégiale Saint-Salvi vieillissent et de plus en plus mal. L’air manque, de nombreuses notes ne fonctionnent plus… Dans quelques jours, Michel Formentelli, fils du célèbre facteur d’orgue qui a restauré l’orgue de la cathédrale Sainte-Cécile, va entreprendre les travaux financés pour moitié par l’association Christophe Moucherel et pour l’autre par la Ville. « Tous les tuyaux vont être enlevés, nettoyés, révisés et de nouveaux vont faire leur entrée car une chamade et quelques autres jeux vont être ajoutés. Mais surtout les nouvelles technologies vont être au service du patrimoine musical. Le même système qu’à Notre-Dame de Paris va être installé c’est-à-dire que l’actuelle transmission pneumatique va être remplacée par un système numérique », indique l’organiste. Grâce à ce système, l’air sera optimisé pour l’instrument qui y gagnera en dynamisme et un combinateur fera son apparition, indispensable pour jouer de grandes pièces du répertoire. « C’est un vrai confort de jeu », reconnaît Frédéric Deschamps qui a pourtant réussi cet été le grand challenge de jouer la célèbre « Danse macabre » de Saint-Saëns sans combinateur, seul à sa tribune et avec un orgue des plus fatigués.

Musique Maestro !

Un dernier challenge, un dernier concert, impulsé par l’association Moucherel, avant de se quitter.  « J’ai choisi certaines œuvres car elles ne sollicitent pas trop l’instrument qui n’est plus en mesure de jouer des musiques éclatantes », souligne le titulaire des orgues. L’orgue dans toute sa splendeur, ce sera pour le retour de restauration. Toutefois le musicien a pris soin de montrer une dernière fois l’orgue sous un jour plaisant, pour un bon souvenir. « Il y a douze jeux d’anches dans l’orgue qui ont été accordés cet été. Spécialement j’y suis allé avec une petite pianiste en herbe, Ornella, pour en accorder trois pour le concert », précise Frédéric Deschamps. Et pour se dire au revoir Bach et surtout des musiques romantiques. Quoi de plus émouvant pour se quitter que le répertoire XIXe siècle, César Franck et Frédéric Chopin ? Garder ce souvenir musical dans l’oreille, être patient…  Le retour promet d’être éclatant !

  • Samedi 8 février 15h30 à la collégiale Saint-Salvi à Albi. Organisé par l’association Christophe Moucherel. Participation libre.

V.S