Nouvelle destination de coopération pour Clémence : Haïti !

Clémence DCCClémence (du Carmausin) s’est envolée le 16 février 2017 pour Haïti, après une coopération en Egypte. Elle travaille dans la ville « Jean Rabel », au Nord-Ouest d’Haïti.

C’est une zone rurale très marginalisée et frappée plus durement par les cyclones et séismes. Clémence s’intègre dans un projet d’appui à la revalorisation des écoles publiques nationales du district (environ 40 écoles) ; elle est chargée de suivi et d’évaluation avec ADEMA (association haïtienne) et Partage (association française d’aide à l’enfance démunie).

Elle nous écrit le 11 mars:

“Je suis donc restée 3 jours à Port-au-Prince avant de monter dans le Nord; 8 heures de routes chaotiques (pistes remplies de cailloux), autant dire que l’estomac et le dos ne sont pas épargnés ici !

MU Haïti Clémence - 06 b

Les deux premières semaines ont été assez chargées, car la responsable du programme éducation est partie hier, donc j’ai du ingurgiter beaucoup d’infos en peu de temps : cerveau saturé ! Personne pour l’instant ne va la remplacer… Les projets en général ont vraiment l’air intéressant, notamment celui sur l’éducation où je vais travailler. Les à côté sont forcément plus chaotiques : beaucoup de problèmes de gestion/logistique, beaucoup de corruption, dans le personnel immobilisme de plusieurs qui ne s’impliquent pas dans la vie des écoles… Il y a beaucoup de boulot, et on attend de nous pas mal de rigueur !

Niveau logement ce n’est encore pas encore bien défini, je suis actuellement dans une colocation où résident un Français et un Burkinabé qui travaillent tous les deux pour une autre ONG. Nous allons voir combien de temps je peux y rester, ça serait bien d’y rester puisque vivre seule ici ce n’est pas l’idéal ! Il n’y a pas grand-chose à faire comme dans toute zone enclavée ! On se concentre donc beaucoup sur le travail, et à la colocation le weekend chacun bosse ses dossiers ! Le weekend dernier nous avons fait une randonnée de 7 heures pour rejoindre un petit endroit paradisiaque sur le littoral : les paysages étaient magnifiques et les gens super accueillants !

MU Haïti Clémence - 23

Cela a permis d’oublier que nos muscles avaient rendu l’âme ! L’endroit était sympa, on a pu se reposer dans nos tentes à 3 mètres de la Mer des Caraïbes.

Bien sûr, le quotidien haïtien est très différent de ces paysages de rêve, notamment à « Jean Rabel » où la pauvreté est omniprésente : les maisons ne sont que très rarement construites en dur, les tôles sont plutôt préférées (le cyclone a laissé beaucoup de traces), le marché de l’emploi est quasi inexistant (seule l’agriculture peut encore permettre à certains d’y travailler), la scolarisation est très compliquée (pour des raisons financières mais aussi pour des raisons géographiques où certaines écoles nécessitent plusieurs heures de marche)… La précarité des familles est donc très importante.

Je suis encore dans une phase d’adaptation. La chaleur et le décalage horaire m’ont pas mal fatiguée au début (il fait déjà 30° ici) mais ça va bien mieux !”

Approfondir votre lecture

  • DCC 50 ans fev 17 - 039 vign

    Fête des 50 ans de la DCC le 4 mars 2017

    Samedi 4 mars, la DCC –Délégation Catholique pour la Coopération- a fêté à Toulouse ses 50 ans d’engagement au service du volontariat international. Les délégués de l’équipe toulousaine ont présenté l’histoire de la DCC et son action : fondée en 1967, la DCC, ONG catholique de développement, est présente dans plus de 50 pays. Elle […]