Renouvellement des paroisses : l’affaire de tous !

« La réforme des structures ne peut se comprendre qu’en ce sens : faire en sorte qu’elles deviennent toutes plus missionnaires ; que la pastorale ordinaire (…) favorise la réponse positive de tous ceux auxquels Jésus offre son amitié. » (La Joie de l’Evangile, n° 27).

À la Pentecôte 2018, le diocèse d’Albi vivra un renouvellement de ses paroisses, en vue de faire connaître le Christ au plus grand nombre. Il est clair qu’ériger de nouvelles paroisses comporte un aspect administratif, mais le renouvellement entrepris dans de nombreux diocèses de France depuis plusieurs décennies et aujourd’hui dans le nôtre vise avant tout à favoriser l’évangélisation.

La paroisse : une communauté en un lieu

Sans doute est-il bon alors de redécouvrir ce qu’est une paroisse. Le Concile Vatican II nous rappelait que la paroisse désigne à la fois un territoire et un groupe de personnes : « C’est, en un certain sens, l’Eglise elle-même qui vit au milieu des maisons de ses fils et de ses filles. (…) Si parfois elle n’est pas riche de personnes et de moyens, si même elle est parfois dispersée sur des territoires immenses, la paroisse n’est pas, en premier lieu, une structure, un territoire, un édifice ; c’est avant tout ‘la famille de Dieu, fraternité qui n’a qu’une âme’ ». (CL §26) Elle ne repose donc pas sur des affinités spirituelles, théologiques, culturelles ou sociales, mais sur un territoire, au sein duquel elle est au service de tous, catholiques et non-catholiques.

La paroisse est érigée par l’évêque et confiée à un curé (c. 515). Son nom signifie « chargé du soin des âmes » (du latin : curatus animarum) et il représente sacramentellement le Christ Pasteur. Comme collaborateur de l’évêque, le curé veille à ce que la communauté paroissiale devienne ce qu’elle doit être : le corps du Christ sur ce territoire. Sous sa conduite, la paroisse doit donc incarner localement les trois fonctions essentielles de l’Église :

  • L’annonce de l’Évangile : on pense en premier à la catéchèse, mais il y a aussi le catéchuménat, la préparation au baptême ou au sacrement de mariage, la prédication de la Parole de Dieu, la formation continue des baptisés… C’est la fonction prophétique de l’Église.
  • Le service des hommes, particulièrement des plus pauvres. C’est la fonction royale du Corps du Christ : l’engagement caritatif, le service aux malades, les visites aux personnes seules, mais aussi la gestion des biens matériels, les équipes de nettoyage…
  • La louange de Dieu, dans la fonction sacerdotale de l’Église : par la célébration de la messe, par la prière des fidèles, par la célébration des sacrements (confession, baptêmes, confirmations, mariages, onction des malades).

 

L’affaire de tous

On devine combien il est difficile aujourd’hui d’assurer ces trois fonctions sous chaque clocher et combien il est important de pouvoir se regrouper pour constituer de nouvelles paroisses. En effet, ces trois fonctions de l’Église sont vitales car nous les avons reçues de Jésus-Christ lui-même : prêtre, prophète et roi… Par le baptême, elles sont aussi celles de chacun des fidèles ! Au jour de notre baptême, le prêtre nous a marqués du Saint Chrême en nous disant que nous « participions à sa fonction de prêtre, de prophète et de roi ». Au jour de notre confirmation, Dieu nous a confirmés dans cette mission reçue au baptême. Si la restructuration des paroisses invite à approfondir des éléments importants de la vie de l’Eglise et de sa mission aujourd’hui, elle interroge aussi la participation active de laïcs à différents niveaux, elle remet chacun face aux promesses de son baptême.

Ainsi, le Pape François encourage-t-il toutes les communautés à « avancer sur le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire, qui ne peut laisser les choses comme elles sont. Ce n’est pas d’une simple « administration » dont nous avons besoin. Constituons-nous dans toutes les régions de la terre en un état permanent de mission » (EG n° 25).

 

Une nouvelle carte des paroisses

De manière très nette, le Pape François estime que la paroisse n’est pas une structure caduque, cependant il est toujours nécessaire de la renouveler au cours du temps de l’Église. Répondant à l’invitation du Pape en faveur du renouveau des paroisses du diocèse, il paraît essentiel d’opérer les conversions pastorales qui permettent à chacun, clercs et laïcs, de ne pas en rester à des réformes de structures administratives mais à devenir tous ensemble missionnaires.

Les curés et les équipes qui les entourent travaillent actuellement sur l’éventuel nouveau découpage des secteurs paroissiaux pour coller au mieux aux besoins des fidèles et pour œuvrer de la meilleure manière à la Nouvelle Évangélisation. Chaque nouvelle paroisse choisira également un saint patron : l’un des patrons d’un clocher, ou un tout nouveau patron, par exemple un saint missionnaire.

Afin de stimuler le dynamisme de chaque nouvelle communauté paroissiale, je compte que nous réalisions ensemble dans les prochains mois un livre dans lequel chaque paroisse présentera son histoire, sa réalité actuelle et son projet pastoral missionnaire. Ce livre permettra à chaque diocésain de connaître les diverses communautés paroissiales du diocèse et à l’évêque de faire le point sur la croissance, les difficultés et les orientations à préciser ou même les changements à envisager… Le service diocésain de la communication en accompagnera la rédaction.

Un grand rassemblement à Albi aura lieu le jour de la Pentecôte, le dimanche 20 mai 2018 : ce jour-là, j’érigerai les nouvelles paroisses du diocèse d’Albi et, sous la conduite de l’Esprit Saint, notre Église sera renouvelée dans la joie d’être le corps du Christ visible aujourd’hui.

 

Dans son exhortation apostolique, le Pape s’exprime ainsi : « J’invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse. Il n’y a pas de motif pour lequel quelqu’un puisse penser que cette invitation n’est pas pour lui, parce que « personne n’est exclu de la joie que nous apporte le Seigneur ». (EG n° 3)

Le défi du renouvellement de nos paroisses est de comprendre qu’une communauté paroissiale est le lieu où se vit l’expérience de la communion avec Dieu et avec les autres. Appartenir à une paroisse, c’est incarner sa relation à Dieu dans une histoire, dans un lieu et avec son prochain. La proximité offerte par la paroisse n’est pas uniquement géographique mais réellement fraternelle et même organique : c’est par chacun des fidèles baptisés de notre diocèse que le Corps du Christ grandit et que la joie de l’Évangile est annoncée, pour la gloire de Dieu et la joie du plus grand nombre.

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi

Au micro de Nicolas Hermet, Mgr Jean Legrez évoque le projet de renouvellement des paroisses :