Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau… (Ézéchiel 36,27)

Durant le temps pascal les oraisons de la messe et des offices de la liturgie des Heures expriment à maintes reprises la nouveauté de la condition des baptisés et la demande adressée au Seigneur de mener une vie nouvelle de même que le Christ ressuscité. Les saints, c’est-à-dire tous ceux et celles qui ont reçu le baptême et sont devenus les temples du Saint Esprit, non seulement sont porteurs de cette magnifique espérance, mais jour après jour par des actes de la vie quotidienne la manifestent. Le chrétien ne craint pas d’être différent dans ses comportements et ne se laisse pas modeler par les idées et les modes d’un monde ou Dieu est relégué dans les oubliettes du passé. Le témoignage de nombreux martyrs à travers le monde nous le rappelle régulièrement.

Accueillir les néophytes et les confirmands comme des frères

L’enthousiasme des néophytes, les baptisés de Pâques (environ 4 500 en France cette année) peut aider nos diverses communautés paroissiales à un renouveau dans cette mouvance de l’Esprit Saint qui les anime et va les conduire à la plénitude de leur initiation chrétienne, en recevant la confirmation et l’eucharistie lors de la prochaine vigile de la Pentecôte à la cathédrale de Castres. C’est une grâce pour les communautés paroissiales et pour le diocèse tout entier que de célébrer ces baptêmes et ces confirmations d’adultes au terme du temps pascal et dans la lumière de la Pentecôte. La présence à cette célébration diocésaine de nombreux membres des communautés auxquelles ils appartiennent pourra manifester un accueil bienveillant à ces nouveaux membres du Corps du Christ, ainsi qu’exprimer au Seigneur une sincère reconnaissance pour le don de ce nouveaux frères et sœurs.

Nous avons besoin de nous témoigner mutuellement notre attachement au Christ autant que d’entretenir des relations réellement fraternelles entre membres d’une même communauté paroissiale, afin de nous conforter mutuellement dans la foi en posant des actes qui en sont l’expression. Sinon le risque peut être de se dire croyant sans l’être, si nous ne vivons pas de manière nouvelle …

Comment vivre de manière nouvelle ?

En laissant davantage de place à l’Esprit Saint dans nos vies. Nous n’avons rien à craindre de cette Esprit créateur et consolateur qui fait toutes choses nouvelles. La difficulté vient souvent de notre incapacité à lâcher prise, à renoncer à nos plans aussi sublimes soient-ils, pour accepter de le laisser faire. En effet, « le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d’où il vient ni ou il va ›› (Jean 3,8). Être prêt à l’aventure est sans doute la condition nécessaire à tout chercheur de Dieu qui se livre a l’Esprit Saint. Notre vocation chrétienne consiste à dépendre de cet Esprit que le Christ nous a acquis par sa Pâque afin de nous rétablir dans l’alliance avec la Sainte Trinité.

Dans un récent ouvrage intitulé « Recevez l’Esprit Saint ››, publié aux éditions Emmanuel, j’ai trouvé ces lignes savoureuses : « L’œuvre de l’Esprit Saint peut être comparée à un GPS. Cet instrument n’est pas un pilote automatique : nous gardons le contrôle du véhicule, Nous choisissons librement notre destination : la sainteté. Ce choix nous est déjà inspiré par le Saint Esprit, mais nous sommes pleinement auteur de ce choix. Et nous demandons a l’Esprit Saint, notre « GPS spirituel ››, de nous montrer le chemin. ll nous propose une route, tout en nous laissant libres à tout moment de la suivre ou non. Si nous nous trompons ou si nous désobéissons, le GPS-Esprit Saint ne se désole pas, même s’il est contristé. ll a toujours un plan B : avec douceur, il nous propose alors une nouvelle route. ››

Osons faire confiance à l’Esprit Saint qui, dans le respect de notre liberté, ne désire qu’une seule chose : nous donner la vie en abondance, la vie éternelle, la vie des enfants de Dieu. « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. ›› (Romains 8, 14)

Joyeuse et heureuse fête de la Pentecôte !

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi

.

Confirmation