Homélie de clôture du 8e centenaire de l’Ordre des Prêcheurs

En la chapelle du Couvent des Dominicaines de Sainte-Catherine de Sienne, Albi
Samedi 21 janvier 2017

 

Saint Dominique, par Fra Angelico

Saint Dominique, par Fra Angelico

Frères et sœurs,

« Le messager de la Bonne Nouvelle qui annonce le Salut », que le prophète Isaïe voit courir sur les montagnes et qui permettra à toutes les nations de voir le salut de Dieu est à coup sûr le Messie. Paul annonce à Timothée que cet homme est le seul médiateur entre Dieu et les hommes. Et Paul précise : cet « homme, le Messie Jésus, s’est donné lui-même en rançon pour tous les hommes ». Ainsi Jésus a obtenu le salut pour l’humanité tout entière, comme le prophète Isaïe l’annonçait.

Telle est la Bonne Nouvelle : un sauveur a été donné à l’humanité, le Règne de Dieu a été inauguré en faveur de tous. Pour répandre ce message divin, Jésus a d’abord envoyé les soixante-douze disciples dans les villes et les localités où il allait se rendre lui-même. Plus tard, au jour de son ascension, le Christ enverra les apôtres au-delà des frontières d’Israël dans le monde entier.

Les consignes du Messie aux messagers de la Bonne Nouvelle nous sont rapportées par Luc : « Aller deux par deux, sans craindre l’adversité « comme des agneaux au milieu des loups », sans moyen financier ni bien matériel pour annoncer la paix. Cette paix que Jésus ressuscité apporte à l’humanité, car « le Règne de Dieu est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint » (Rm 14, 17).

A toutes les époques de la vie de l’Église, le Seigneur suscite des messagers capables d’enseigner la foi et la vérité à la suite des apôtres. À l’orée du XIIIe siècle, Dominique s’est levé quittant son pays et entraînant avec lui des frères pour sillonner le monde connu en prêchant par la parole et par l’exemple. L’originalité de cette prédication itinérante résidait dans une prise au sérieux des exigences évangéliques, en particulier la pauvreté. C’est en suivant à la lettre les consignes du Christ rapportées par Saint Luc concernant les ouvriers de la moisson, que Dominique et les premiers frères, dévorés par le souci du bien des âmes, ont avec douceur et patience prêché la parole de vérité. En 1215, Foulques, évêque de Toulouse, « institue dans son diocèse Frère Dominique et ses compagnons, dont le propos est de vivre en religieux, d’aller à pieds dans la pauvreté évangélique et de prêcher la parole de vérité évangélique ». Le propos sera confirmé par des Bulles successives du Pontife romain Honorius III de 1217 à 1221, députant les frères à l’office de la prédication. Dès lors, très rapidement, les frères vont être dispersés dans toute l’Europe, en Scandinavie, au Maroc et bientôt jusqu’en Terre Sainte.

Nous rendons grâce à Dieu pour ce renouveau évangélique du XIIIe siècle qui continue à faire se lever depuis huit siècles des hommes et des femmes, à la suite des Apôtres en mettant leurs pas dans ceux de Dominique. Que par l’intercession de la Mère de Dieu, de Saint Dominique et de tous les saints de l’Ordre, soit donné à l’Église du XXIe siècle les prêcheurs dont elle a besoin pour annoncer la Bonne Nouvelle du Salut par la parole et par l’exemple !

Amen

† Jean Legrez, o.p.
Archevêque d’Albi

1ère lecture : Is 52, 7-10
2ème lecture : 1 Tim 2, 1-8
Évangile : Lc 10, 1-9