Décès du Père Jean-Pierre Adell

Monseigneur Jean LEGREZ, archevêque d’Albi,
les prêtres, les diacres du diocèse d’Albi et ses proches
font part du décès le 14 septembre, en la fête de la Croix glorieuse, de

L’Abbé Jean-Pierre ADELL

Ils vous invitent à partager leur foi en la Résurrection, et leur espérance en la Vie éternelle,
en participant ou en vous unissant à la messe qui sera célébrée

le lundi 18 septembre à 14 h 45
l’église Sainte-Thérèse de Castres.

La messe sera suivie de l’inhumation
au cimetière de Villemur (31).

L’Abbé Jean-Pierre Adell est né le 8 octobre 1937 à Toulouse.

Il fut ordonné prêtre le 4 septembre 1964.

D’abord vicaire à Saint-Jacques de Villegoudou à Castres pendant 10 ans, il poursuivit sa formation à l’Institut Catholique de Toulouse. Il rejoint alors l’équipe de Labruguière puis celle de Sainte-Cécile d’Albi de 1977 à 1990. Curé de Saint-Sulpice-sur-Tarn de 1990 à 2001, puis curé de Notre-Dame d’Espérance à Castres de 2001 à 2007, il fut également aumônier diocésain du Mej et responsable de la Commission Liturgique. Longtemps chargé d’accompagner les groupes de prière du Renouveau charismatique, il était au service de la Communauté de l’Emmanuel depuis 2007.

« Tu as voulu, Seigneur, que tous les hommes soient sauvés par la Croix de ton Fils ; permets qu’ayant connu dès ici-bas ce mystère, nous goûtions au Ciel les bienfaits de la Rédemption. »

Texte de présentation du Père Adell , lu au cours de la sépulture

L’abbé Jean-Pierre Adell est né le 8 octobre 1937 à Toulouse, le jour des 21 ans de son papa, Albert.

Il était l’aîné de 6 enfants.

Il a suivi une formation d’ajusteur tourneur, ce qui explique ses talents de bricoleur et son intérêt pour tout ce qui est technique.

Lorsqu’il entre au séminaire, en raison de sa formation, il doit travailler dur pour se mettre au niveau.

La guerre d’Algérie éclate et en 1961 il est appelé sous les drapeaux. Il devient secrétaire d’un capitaine dans un camp de base où l’on préparait la bombe atomique souterraine. En plein désert, il n’y avait pas d’aumônerie. Un prêtre est venu un jour célébrer une messe et à partir de là, Jean-Pierre a essayé de créer des rassemblements de soldats chrétiens. Il avait fait quelques excursions sur les pas du Père de Foucauld.

Il est resté éprouvé par cette période mais il a bâti là-bas de solides amitiés conservées jusqu’à aujourd’hui.

Il a été ordonné prêtre le 4 septembre 1964.

D’abord vicaire à Saint Jacques de Villegoudou de Castres pendant 10 ans, il va se voir confier le secteur de Lameilhé où il a participé à la construction du centre œcuménique.

Puis il a poursuivi sa formation à l’Institut Catholique de Toulouse. Il rejoint alors l’équipe de Labruguière puis, de 1977 à 1990, celle de la Cathédrale Sainte Cécile d’Albi où il a œuvré à la restauration du nouveau chœur paroissial en place actuellement car il était responsable de la commission liturgique diocésaine. C’est aussi, en tant que responsable de cette commission qu’il avait actualisé le sanctoral, missel des saints du diocèse, et pour ce travail il avait reçu les félicitations de la congrégation pour la liturgie de Rome.

Curé de St Sulpice sur Tarn de 1990 à 2001 il avait restauré l’église.

C’est en septembre 2001 qu’il revient à Castres comme curé du secteur Ste Thérèse-Notre Dame d’Espérance.

Il s’était retiré en 2007 mais avait souhaité rester au presbytère de cette église consacrée à Sainte Thérèse, une sainte qu’il vénérait profondément.

Il était entré dans la dynamique du nouveau secteur de Castres.

Tout au long de son ministère, la place des enfants et des jeunes a été primordiale pour lui, notamment en tant qu’aumônier diocésain du Mouvement Eucharistique des Jeunes et accompagnateur de la catéchèse.

Son côté paternel a beaucoup marqué les enfants de cette paroisse.

Longtemps chargé d’accompagner les groupes de prière du renouveau charismatique, il était au service de la communauté de l’Emmanuel.

Il a rendu beaucoup de services au diocèse et à la paroisse en tant que prêtre exorciste et accompagnateur du Centre de préparation au Mariage, de l’Action Catholique des Milieux Indépendants, du Mouvement Chrétien des retraités, du Service Evangélique des Malades, de la Fraternité Chrétienne des Personnes Malades et Handicapées, de l’ordre des Carmes déchaussés séculiers et autres mouvements et services…

Jean-Pierre ne voulait pas trop que l’on parle de lui.

Nous retiendrons sa discrétion, son besoin d’être entouré, sa compassion, son humour.

Il accompagnait sa famille dans tous les évènements familiaux heureux ou malheureux. Il avait été fier que son papa reçoive la légion d’honneur au mois de juin. Il avait pu participer à cette fête, heureux d’être au milieu de sa famille.

Quelques mots extraits d’un poème de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus :

« Tu le sais bien, mon unique martyre,
C’est ton amour, Cœur Sacré de Jésus.
Vers ton beau Ciel, si mon âme soupire
C’est pour t’aimer, t’aimer de plus en plus !….
Au Ciel, toujours enivrée de tendresse
Je t’aimerai sans mesure et sans lois
Et mon bonheur me paraîtra sans cesse
Aussi nouveau que la première fois ! ….