Les statues de l’église de Brassac ont repris de couleurs !

L’Abbé Henri Blanc qui, après la première guerre mondiale de 1914/18, a mené à a bien l’achèvement de l’actuelle église à Brassac, contemple son église : grâce à la générosité de tous, catholiques et protestants, en deux années le nouveau lieu de culte fut édifié. Le 19 juin 1923, Monseigneur Pierre-Célestin Cézérac bénit l’édifice flambant neuf et confirme les enfants de la paroisse. Il y a l’essentiel dans l’aménagement intérieur. Au cours des années qui suivirent, l’Abbé Blanc va s’attacher à améliorer, compléter, embellir l’édifice original, souvent grâce à l’ingéniosité des artisans locaux.

Au cours de la réfection de 1966, certaines des statues de saints existantes disparurent, d’autres descendirent de leurs hauteurs pour mieux nous entourer dans la nef. Toutes perdirent leurs couleurs, pour se draper d’un linceul blanc. Une quasi-disparition de tout ce peuple de témoins de l’Amour de Dieu, vu que tous les murs devant lesquels elles furent placées étaient de couleur similaire. Pendant des décennies, telles des ectoplasmes fades et inconsistants, elles se figèrent en anonymes de la sainteté.

Mais les saintes et les saints sont des êtres de sang et d’os, des tempéraments forts et divers et ils ont des couleurs, ils sont en couleurs ! Que serait un saint François sans la bure brune des Franciscains ? Que serait une sainte Thérèse de Lisieux sans le voile brun et la cape blanche du Carmel, une sainte Jeanne d’Arc ou un saint Georges sans leur armure étincelante ? Dépouillés de leurs attributs, ils ne sont plus incarnés ! Souvent ils sont des tempéraments de feux, des priants, des artisans de paix, d’unité et de charité !  La statue de Sainte Térésa de Calcutta érigée à la Toussaint 2016 est venue nous rappeler que la terre est en couleurs et le Ciel aussi !

Dans cet esprit l’Abbé Pistre, Curé du secteur paroissial a demandé à Madame Catherine Mengozzi de redonner leurs couleurs originales aux saintes et saints présents dans la nef. Grâce à elle, ces hommes et ces femmes redeviennent visibles, s’incarnent à nouveau, et pourront être priés par leurs frères et sœurs en humanité en marche vers la Sainteté, quoi de plus naturel ? C’est une première pour Catherine Mengozzi qui a su trouver les tons justes et naturels pour faire ressortir surtout dans leurs regards la personnalité propre de chacun de ces témoins universels de la bonté de Dieu.

Désormais, nos ami(e)s du Ciel  attendent fidèles et visiteurs avec de belles couleurs qui les incarnent dans le réel.

Allons à leur rencontre dans l’église de Brassac. Passé le porche, ils vous accompagneront vers Celui dont la demeure est toujours ouverte pour tous !

J.L. B.

statue brassac1
Madame Catherine Mengozzi aux soins de saint Antoine
Madame Catherine Mengozzi aux soins de saint Antoine