Mercredi des Cendres

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu.

Pour trouver un horaire de messe, rendez-vous sur Messes Info, ou téléchargez l’application.

Qu'est-ce que le mercredi des Cendres ?On trouve déjà le symbolisme des cendres dans l’Ancien Testament. Il évoque globalement la représentation du péché et la fragilité de l’être. On peut y lire que quand l’homme se recouvre de cendres, c’est qu’il veut montrer à Dieu qu’il reconnaît ses fautes. Par voie de conséquence, il demande à Dieu le pardon de ses péchés : il fait pénitence.

Un symbole de renaissance

Tous, nous faisons l’expérience du péché. Comment s’en dégager ? Jésus nous apprend que nous serons victorieux du péché quand nous aurons appris par l’Evangile à remplacer le feu du mal par le feu de l’Amour. Car le feu qui brûle ce jour détruit d’abord mais, en même temps, ce feu éclaire, réchauffe, réconforte, guide et encourage.

La cendre est appliquée sur le front pour nous appeler plus clairement encore à la conversion, précisément par le chemin de l’humilité. La cendre, c’est ce qui reste quand le feu a détruit la matière dont il s’est emparé. Quand on constate qu’il y a des cendres, c’est qu’apparemment il ne reste plus rien de ce que le feu a détruit. C’est l’image de notre pauvreté. Mais les cendres peuvent aussi fertiliser la terre et la vie peut renaître sous les cendres.

Tout en le marquant, le prêtre dit au fidèle : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ». L’évangile de ce jour est un passage de saint Matthieu – chapitre 6, versets 1 à 6 et 16 à 18 – qui incite les fidèles à prier et agir, non pas de manière orgueilleuse et ostentatoire, mais dans le secret de leur cœur :

Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que te donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais en secret.

Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret.

Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement du Père qui est présent dans le secret.

Le territoire du diocèse de Tamatave avec lequel le diocèse d’Albi est jumelé, a été dévasté il y a un mois par le Cyclone tropical Ava. Il a fait des victimes, des disparus, des blessés et il a laissé derrière lui d’innombrables dégâts.

De nombreuses infrastructures du diocèse sont détruites: plusieurs églises, plusieurs écoles, des maisons de communautés, tous les bâtiments du petit séminaire St Paul Androranga, la toiture du presbytère de la cathédrale St-Joseph, le pilône de la radio religieuse RCM… Mgr Désiré Tsarahazana, archevêque de Tamatave, a indiqué à Mgr Legrez que la situation va même empirer puisque les cultures vivrières ont été détruites : la famine va toucher le plus grand nombre de la population.

À la demande de Mgr Legrez, lors des messes du Mercredi des Cendres, une intention de prière sera dite à l’intention des victimes et la quête sera reversée à l’Association diocésaine pour l’aide au Diocèse de Tamatave.

 

Message du Pape François pour le Carême 2018 : « À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira »