Pèlerinage de saint Vincent de Paul en pays tarnais

La relique du cœur de saint Vincent dans la cathédrale d’Albi avec en arrière-plan la fresque du jugement dernier. (Mt 25 31-46 fut le texte d’Évangile à l’origine de la conversion de Vincent de Paul).

Du 6 au 12 novembre, le diocèse d’Albi a accueilli la relique du cœur de saint Vincent de Paul qui réside habituellement depuis 1947, dans la chapelle de la Médaille miraculeuse de la Rue du Bac à Paris. Cette relique était accompagnée par deux religieuses, des Filles de la Charité.

Pendant près d’une semaine nous avons pu prier autour de cette relique qui s’est déplacée dans tout le département et j’ai été émerveillé par l’enthousiasme et la ferveur des fidèles qui ont fait cette démarche de ce que le pape François appelle une manifestation de piété populaire (EG 122). Je noterai cinq moments qui me sont apparus particulièrement porteurs d’espérance :

  • Tout d’abord la présence de la relique du cœur de saint Vincent dans la toute petite communauté des Filles de la Charité de Blan. Là au milieu des personnes âgées qu’elles accueillent dans cette maison de retraite improbable perdue au milieu de la campagne tarnaise et pourtant si chaleureuse, saint Vincent était chez lui.
  • Jeudi matin les prêtres du diocèse l’ont reçu à travers à la fois la présence de son cœur et par l’enseignement donné par un fils de saint Vincent, le père Pérez, prêtre de la Mission. Vincent de Paul avait eu, en 1617, l’intuition de l’urgence de la formation des candidats au sacerdoce pour évangéliser les campagnes françaises. Quoi de plus actuel ?…
  • Vendredi après midi ce fut, au Couvent Bleu de Castres, la rencontre de ces deux géants de la charité que furent, chacun en leur temps, Vincent de Paul et Émilie de Villeneuve dont les deux reliquaires voisinaient dans le chœur de la chapelle bâtie par la fondatrice des Sœurs Bleues et dans laquelle elle pria.
  • Samedi matin la relique était à Mazamet où une assemblée très priante participa, en présence de tous nos prêtres, à une cérémonie de vénération suivie d’une messe en l’honneur de saint Martin ce qui permit de mettre en perspective ces deux géants de la Charité que furent l’Apôtre de la Gaule et le Saint du Grand Siècle.
  • Samedi après midi, de l’église abbatiale d’En Calcat à la ferme de La Mijoule, sous une pluie battante, c’est en pèlerin que Saint Vincent est venu prendre possession de la maison qui va porter son nom dans laquelle deux appartements, en cours de réalisation, seront destinés à des femmes seules avec enfants et où la Conférence de saint Vincent de Paul de Dourgne pourra continuer son activité de présence aux pauvres dans ce secteur excentré.
  • Enfin, dimanche le secteur pastoral de Rabastens-Saint Sulpice-Salvagnac a accueilli dans la chapelle Notre-Dame de Grâce de Grazac la relique de son futur saint patron. Clin d’œil de la Providence : le saint a terminé son périple tarnais à l’endroit même où en 1600 il avait débuté sa vie sacerdotale puisque la tradition veut qu’il ait célébré sa première messe sur l’autel de cette chapelle.

Jean-Luc Pistre

Monseigneur Legrez vénère la relique du cœur de saint Vincent de Paul en la cathédrale d'Albi.
Le Père Perez
A Mazamet, les prêtres autour de leur saint patron